mardi 22 septembre 2020

[Chronique] Serii – Takehito Moriizumi

Synopsis (éditeur) :

Kakeru et Serii vivent dans un vaste manoir rempli de livres. Depuis une catastrophe, dont on ignore si elle est climatique ou écologique, le jeune homme et l’androïde sont confinés. Sans contact avec le monde extérieur, ils ont toutefois des réserves de nourriture et de chauffage. Serii fait la lecture à son compagnon, seul passe-temps possible. Elle lui relit les œuvres qu’il apprécie, de « Pouvoirs » de Ursula K. Le Guin à « Journal of a Solitude » de May Sarton, « Pilote de guerre » d’Antoine de Saint-Exupéry ou « L’Érotisme » de Georges Bataille. Après une panne de générateur, elle perd la vue, et c’est à Kakeru de lui faire la lecture. Mais bientôt, la domotique cesse complètement de fonctionner…

Dans un futur touché par une catastrophe planétaire, Kakeru et l’androïde Serii vivent reclus dans un magnifique manoir où les livres pourraient bien être leur seule manière de s’échapper de la réalité : Serii fait la lecture à Kakeru pour quelques instants intimes. Le jour où Serii vient à perdre la vue, les rôles s’inversent pour faire perdurer ces moments de partage d’une grande richesse, vecteurs de savoir mais également d’amour. Tandis que le temps passe inexorablement et rappelle à nos deux personnages que rien n’est éternelle, la littérature, mémoire du passé, perdurent ne serait-ce qu’à travers Serii. Les ressources s’épuisent, les forces s’amenuisent, mais le souvenir est là !

Alors que nous avons récemment vécu une crise sans précédent nous contraignant à nous isoler de l’extérieur sans pour autant ne plus avoir de contact virtuel, Serii de Takehito Moriizumi nous rappelle avec délicatesse et sensibilité que la littérature à toute son importance dans ce genre de situation. Sous une plume délicate et épurée, le récit clairsemé d’extraits d’ouvrages internationaux, nous incite à réfléchir sur la solitude, l’amour et l’héritage du passé, tout en laissant une place à l’écologie, la technologie et la notion d’émotion.

Proposé dans une édition de grande qualité tant dans le choix du papier que dans l’apparence du produit, cet ouvrage contient quatre histoires courtes en plus de Serii. Parmi celles-ci, Takehito Moriizumi relate notamment trois instants de sa vie afin d’aborder le temps qui passe, la nostalgie, la mémoire, ce qui ne pas changent pas, ainsi que certaines de ses inspirations pour Serii. Pour un premier manga, Atelier Akatombo a fait un choix audacieux qui s’avère être une lecture incroyable !

© MORIIZUMI Takehito 2018
Titre Serii Auteur Takehito Moriizumi
Genre Tranche-de-vie, SF Éditeur Atelier Akatombo
Parution 2020 (France)

2018 (Japon)

Volume 1, Terminé (Fr)

1, Terminé (Jp)

À propos Neginator

Administrateur et Community Manager de MangAnime

Check Also

[Chronique] Orient Samurai Quest Tomes 1 & 2

Nouvelle série de Shinobu Ohtaka à qui nous devons l’excellent Magi – The Labyrinth of …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.