jeudi 13 août 2020

Journée Internationale de la Danse : quels manga et anime découvrir ?

Le 29 avril est l’anniversaire de naissance de Jean-Georges Noverre (1727-1810), créateur du ballet moderne. En 1982, le Comité de Danse International de l’ITI instaure le 29 avril comme la Journée Internationale de la Danse dont le but est de célébrer cet art, de révéler son universalité et de regrouper les gens autour de la danse. Chaque année, un message d’une personnalité du milieu est sélectionné et diffusé à travers le monde. Deux japonais ont eu le plaisir de voir leur message transmis au monde depuis 1982 (Kazuo OHNO en 1998 et Miyako Yoshida en 2005).

♦Pour en savoir plus, rendez-vous sur international-dance-day.org

 

La dance a su montrer toute sa beauté dans les manga et les animes japonais. Désormais à ne retrouver qu’en numérique Subaru – Danse vers les étoiles ! de Masahito Soda autrefois publié chez Delcourt en physique, est sans doute l’un des plus beau manga sur la danse qu’on a pu voir édité en France. La danse y est présentée comme un moyen d’expression, d’extériorisation de ses sentiments, de ses émotions, une source de tourments parfois, mais également un question de dépassement de soi et d’épanouissement (la force de ce manga réside également dans son graphisme brouillon parfois mais tellement expressif). De nombreux aspects de Subaru – Danse vers les étoiles ! se retrouvent dans En scène ! de CUVIE, disponible chez Kurokawa. Adapté à tout type de lecteurs, En Scène ! exploite également les difficultés du monde de la danse, de la rivalité omniprésente et oppressante, des efforts insoutenables à mener dans certains moments, sans pour autant en oublier toute la beauté de cet art, sublimés par un dessin très précis.

Si ces deux titres s’intéressent davantage à la danse classique et au ballet, il y a d’autres manga de qualité qui présentent d’autres types de danse. Tout d’abord, Hanayamata de publié chez Doki-Doki, s’intéresse à une danse traditionnelle japonaise : le Yosakoï. Le trait de exprime toute la délicatesse de cette danse, dessinant cette incroyable capacité à réunir les gens en mettant de côté les différences culturelles. On y ressent également une plus grande aisance pour exprimer librement ses émotions, sa personnalité et s’ouvrir aux autres à travers la danse. Certains de ces caractéristiques sont aussi dépeints dans l’excellent manga Le Chant des Souliers Rouges de Mizu Sahara édité par Kazé Manga surfant sur le flamenco ou encore Les Nuits d’Aksehir de Raku Ichikawa publié chez AKATA abordant la danse orientale. Dans un tout autre genre, le yaoi/boy’s love 10 Dance de Satou Inoue publié dans la Hana Collection de Boy’s Love IDP présentent deux personnages que tout oppose, mais pourtant fascinés par la danse. Et c’est sans nul doute cette dernière et leur esprit de compétition qui va les amener à se rapprocher.

Du côté de l’animation japonaise, s’il devait y avoir un anime à regarder sur la danse, ça serait bien entendu Welcome to the Ballroom disponible sur Amazon Prime Video. Vous y suivrez l’évolution d’un personnage sans but apparent, qui va pourtant se trouver une passion pour la danse de salon. Un programme rythmé qui vous garantit une découverte incroyable ! De plus, vous pouvez retrouver l’adaptation animée du manga Hanayamata dont nous vous avons parlé précédemment, sur la plateforme Crunchyroll pour une immersion totale dans l’univers frais et léger de ce titre.

Les séries d’animation sur les idoles remportent un grand succès depuis quelques années. Ces groupes brillent par la mise en avant l’art du spectacle, de la musique et de la chorégraphie. Ainsi, vous pourrez vous familiariser avec ce phénomène qui marche énormément au Japon et qui présente une danse beaucoup plus moderne, en regardant des titres comme Love Live! (disponible sur Crunchyroll), IDOLISH7 (disponible sur Crunchyroll), …

Enfin, sur une note différente, la danse rythme de nombreux génériques se révélant de vrais clips musicaux, parfois en total contraste avec l’anime en lui-même, créant un décalage plus qu’apprécié. Pour ne citer que quelques exemples : le 3e opening de Nisemonogatari (édité par DYBEX), l’ending de La mélancolie de Haruhi Suzumiya (disponible sur ADN), l’ending de Blood Blockade Battlefront (disponible sur ADN et édité chez Kazé), l’opening de Dimension W (disponible sur WAKANIM), l’opening de Hanayamata (disponible sur Crunchyroll), l’ending d’In/Spectre (disponible sur Crunchyroll) et bien plus encore.

Petite note tout de même sur le fait que les chorégraphies rythment énormément les scènes d’action et de transformation, notamment dans les Magical Girl, où elles viennent dans certains cas dynamiser la transformation et la rendre encore plus spectaculaire.

Nous précisons que dans cet article, nous n’avons abordé que des manga et animes licenciés en France.

À propos Neginator

Administrateur et Community Manager de MangAnime

Check Also

[Chronique] Orient Samurai Quest Tomes 1 & 2

Nouvelle série de Shinobu Ohtaka à qui nous devons l’excellent Magi – The Labyrinth of …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.