[Chronique] We Never Learn – Apprends-moi les choses de la vie

Titre We Never Learn
ぼくたちは勉強ができない
bokutachi wa benkyou ga dekinai
Auteur 筒井 大志 Taishi TSUTSUI
Volume 1 – en cours (France)
8 – en cours (Japon)
Éditeur Kaze Manga (France)
Shueisha (Japon)
Première parution 12/09/2018 (France)
06/02/2017 (Japon)
Prépublication Weekly Shônen Jump
Genre Comédie romantique

Synopsis de la série (éditeur) :
Nariyuki est un élève de terminale, aussi brillant que pauvre, qui rêve d’obtenir une bourse pour poursuivre ses études dans l’université de son choix. La chance lui sourit lorsque le proviseur propose de la lui accorder…mais à une condition ! Devenir le tuteur des deux génies du lycée, Rizu et Fumino. La tâche aurait dû être des plus faciles, mais les belles demoiselles lui réservent une surprise de taille !

Cette année, afin d’accompagner la rentrée scolaire, les éditions Kazé nous proposent une nouvelle comédie romantique lycéenne : We Never Learn, une des publications actuelles du célèbre magazine Weekly Shônen Jump depuis février 2017 au Japon, qui rencontre son petit succès dans l’archipel. Il s’agit de l’œuvre de Taishi TSUTSUI, un mangaka avec 9 années d’expériences professionnelles (sa première œuvre étant Esprit, un titre en 8 volumes toujours inédit en France), que l’on a déjà aperçu chez nous via le spin-off de Nisekoi : Kosaki Magical Pâtissière !, également aux éditions Kazé.

Ne changeant pas les bonnes recettes, We Never Learn est un harem plutôt commun, qui suit la vie du lycéen Nariyuki qui va se retrouver tuteur de trois de ses camarades : des jeunes filles très mignonnes et sexy, qui s’attacheront évidemment à lui au fur et à mesure des pages, tout en lui faisant voir de toutes les couleurs !

La petite particularité de ce titre provient de ses trois protagonistes féminins qui se révèlent être des génies dans certaines matières… et complètement à la ramasse dans les autres ! Ainsi, elles peuvent apparaître sûres d’elles sur une page, et totalement désabusées dès la suivante, ce qui crée un comique de situation avec Nariyuki qui ne saura pas comment les gérer pour les aider dans leurs études. En apprenant à les connaître pour affronter leurs difficultés scolaires, elles deviendront de plus en plus attachantes malgré un comportement pouvant parfois apparaître comme prétentieux.
Aussi, il est relativement aisé de s’identifier en Nariyuki. Le fait qu’il vive dans une famille aimante mais pas très riche, et qu’il doive faire plus d’efforts que les autres pour réussir dans ses études, cela peut rappeller nos propres expériences de vie. Malgré son manque d’expérience avec les filles, il n’est pas trop intimidé à leur égard, même si on aura le droit à quelques rougissements et situations cocasses. Un protagoniste simple en somme, auquel on s’attachera facilement.

Sans chercher à surinterpréter un titre qui n’a pas autre prétention que de divertir, le propos décrit dans ce premier volume est fort appréciable. Nous avons tous des rêves et des envies tout au long de notre vie, et parfois nous développons des qualités et des capacités nous rendant très efficaces dans un domaine spécifique. Mais si notre société nous encourage à nous spécialiser dans un domaine où nous sommes talentueux afin qu’elle lui soit profitable, nos envies sont parfois tout autre. Et le bât blesse quand nos envies et nos capacités ne sont pas compatibles, car il faudra alors vraiment s’acharner pour arriver aux objectifs que nous nous sommes fixés.
Ce combat est symbolisé par Nariyuki qui, pour devenir un bon élève équilibré afin d’obtenir une bourse d’étude, a dû cravacher bien plus que les autres. C’est aussi ce goût de l’effort que vont apprendre Rizu, Fumino et Uruka, qui n’ont jamais eu à en faire beaucoup dans leur vie pour réussir. Inculquer l’importance de l’effort aux jeunes est très important pour en faire d’eux des adultes responsables.

Profitons pour souligner le joli graphisme de Taishi TSUTSUI : certes classique, mais propre et efficace pour ce type d’histoire. Les filles sont très mignonnes, sexy même, mais leur plastique n’est pas sur-utilisée pour vendre de la chair au lecteur. Ainsi, l’équilibre entre charme et humour est bien pesé. On pourrait remarquer quelques similitudes avec Nisekoi, ce qui n’est pas étonnant vu que TSUTSUI était l’assistant de son auteur Naoshi KOMI.

Si We Never Learn ne brille pas par son originalité, il devrait tout de même convaincre les amateurs de comédies romantiques avides d’humour et de jeunes filles en fleurs, pour peu que le titre arrive à garder un véritable intérêt scénaristique sur le moyen et long terme. Par ailleurs, cette sortie tombe à point nommé puisqu’une adaptation en série TV a été annoncée très récemment, afin de prolonger le plaisir.

BOKUTACHI WA BENKYOU GA DEKINAI © 2017 by Taishi Tsutsui/SHUEISHA Inc.
Facebook Comments

À propos Dareen

Les animes, les mangas, l'anisong, c'est sa passion ! Quand il ne rédige pas pour MangAnime, il s'occupe en travaillant sur son site web : Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.