Game Soundtracks CDJapan

[Chronique] Ma vie dans les bois – Tome 1 – Un retour à l’autonomie réussi !

Titre まんが新白河原人 ウーパ!
Manga Shinshirakawa Genjin Upa!
Auteur Shin MORIMURA
Numéro du tome 1
Éditeur Akata (France)
Shôgakukan (Japon)
Première parution 24/08/2017 (France)
21/08/2015 (Japon)
Prépublication Morning
Genre Tranche-de-vie, Autobiographique

Synopsis de la série (éditeur) :

Cela fait bientôt trente ans que Shin Morimura est auteur de mangas. S’approchant de la cinquantaine, et tandis qu’il vient de mettre un point final à sa dernière série fleuve, son éditeur lui demande de trouver une nouvelle idée originale pour son prochain titre. D’abord en manque d’inspiration, le dessinateur va finalement se lancer dans un projet « un peu » fou : partir vivre dans la montagne, sans eau courante ni électricité, et raconter son nouveau quotidien en manga ! Sa femme finira par le suivre, malgré « quelques » appréhensions… De la construction de leur maison passive en bois jusqu’au difficile apprentissage de l’autonomie alimentaire, suivez l’incroyable vie de ce couple plus tout à fait comme les autres !

Seriez-vous prêt à quitter votre confort qui vous apporte chaque jour ce dont vous avez besoin, afin de repartir de zéro dans le but de retrouver votre autonomie, la joie des choses simples, de ce que nous apporte la nature, de l’effort et de la satisfaction des faits accomplis ?

C’est en tout cas ce qu’a fait Shin MORIMURA, auteur de Ma vie dans les bois, une série où il raconte en manga sa nouvelle vie à la montagne. Cherchant à quitter le rythme effréné des grandes villes ainsi qu’à laisser de côté cette dépendance aux biens matériels et à l’argent,  il a tout quitté pour reconstruire entièrement sa vie à la montagne. Accompagné de sa femme qui restait tout de même assez réticente à l’idée de tout quitter pour cette nouvelle aventure, Shin MORIMURA traite dans ce premier volume de sa désertion de la civilisation afin de construire sa résidence au fin fond des bois, là où personne n’aurait imaginé s’installer. Du type de matériaux préconisés à leur façonnage pour une meilleure stabilité et durabilité, du matériel utilisé au coût de ce dernier, ce volume regorge d’informations pratiques sur la construction d’une maison en bois. Œuvre ayant un certain caractère engagé, ce titre suggère un retour aux sources, à l’autonomie et au respect de l’environnement. Fini cette addiction à la consommation ! Le tout est retranscrit avec un incroyable réalisme, puisque l’auteur nous relate les limites qu’il a rencontré, le contraignant parfois à faire appel à la technologie moderne et à la mécanisation. De plus, régulièrement dans le tome, des photos de son parcours viennent agrémenter la lecture et appuyer l’authenticité des propos racontés dans ces cases.

Au-delà de son côté guide-pratique et de sa démarche écologique, Ma vie dans les bois est une véritable ode à la positivité et au dépassement de soi. En effet, l’auteur a su retranscrire sa bonne humeur, sa persévérance et son courage dans chacun des chapitres de ce tome, malgré les craintes et les mises en garde de sa femme et de son entourage. Il a également su témoigner de son bonheur de vivre cette nouvelle aventure, ainsi que d’avoir accompli, ou même tenté, ce qu’il a entrepris. Un bonheur qu’il façonne petit à petit de ses propres moyens, sans dépendre de quiconque et sans aucune pression extérieure. Il nous fait vivre ses expériences qui décrocheront parfois un rire incontrôlé de la part du lecteur, surtout quand l’auteur les fera partager à son entourage, non habitué aux nouvelles pratiques de l’auteur. Du côté des personnages secondaires, ils sont peu nombreux dans ce premier volume, accentuant la solitude de l’auteur et donc, l’admiration que nous avons pour ses exploits. Cependant, nous retrouvons notamment l’une des chiennes de l’auteur qui le suit constamment et apporte un touche d’émotion, mais surtout d’humour au récit, grâce à sa vivacité et son naturel. Il va sans dire que sa femme est également de la partie. Bien que peu présente, elle sait se montrer au bon moment. Malgré son attachement à son confort et ses pensées bien plus terre-à-terre que son mari, elle le soutiendra malgré tout, sans pour autant le ménager. En effet, elle n’hésite pas à le taquiner afin de la rebooster, et à lui rappeler ce qu’il peut manquer d’existentiel, accentuant la dimension humoristique de l’œuvre. Elle est également la preuve d’un contraste très marqué entre les deux façons de concevoir le mode de vie. Son changement de comportement, qui s’opère peu à peu, ne serait-ce que dans ce premier tome, suggérerait la perspective d’une évolution des mentalités, même chez les personnes les plus réfractaires.

Avec son dessin clair et sobre, Ma vie dans les bois nous offre une lecture fluide malgré une quantité importante d’informations communiquées. L’aspect caricatural de ce dernier accroît la légèreté du titre et permet une meilleure compréhension des propos sérieux disséminés dans l’ensemble de l’œuvre et donc, du message que l’auteur cherche à nous faire partager : celui d’un avenir possible en marge de la société de consommation et de la totale dépendance des autres et de la technologie !

bannierechroniquearticlemaviedanslesbois

© Shin Morimura / Kodansha Ltd.
Facebook Comments

À propos Neginator

Administrateur et Président de MangAnime - Association.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *