Game Soundtracks CDJapan

[Dossier] Dragon Axiom + Interview Pierre SERY

dragon_axiom_logo_3

Titre 匿龍密語 Dragon Axiom DragonAxiom-couv-face-t1
Auteure 小雲 Little Cloud
Éditeurs Kotoji (France)
Heilongjiang Art Press (Hong Kong)
Première parution 03/06/2016 (France)
2004 (Hong Kong)
Nombre de volumes 3 (terminé)
Genre Aventure, Fantasy
Site officiel http://www.kakeru.hk/dragon/dragon.htm

Synopsis de l’éditeur :
Jeune mousse, Fenetten rencontre au port de Bout-du-Monde un homme-dragon qui lui propose de partir à la recherche d’une créature légendaire. Au cours de cette aventure, le jeune garçon en apprend plus sur lui-même et sur ses origines.

Présentation de l’œuvre

Passé inaperçu chez nous, Dragon Axiom est un petit manhua d’aventure de l’auteure hongkongaise Little Cloud, publié en France aux éditions Kotoji entre 2016 et 2017. Il raconte l’histoire du dragon Lacus et du jeune mousse Fenetten dans un grand voyage autour du monde.little_cloud_image_min

Little Cloud a eu l’idée d’écrire cette histoire après avoir été marquée par la chanson américaine Puff the Magic Dragon, contant l’histoire d’un dragon immortel vivant des aventures avec un enfant humain. Une fois adulte, celui-ci le délaisse, et le dragon finit par déprimer. L’auteure reprit simplement cette idée de base, puis s’inspira de toutes ses autres lectures pour créer un univers riche autour de personnages fantastiques.

La publication originale de ce manhua n’a pas été de tout repos, puisque dans un premier temps, les chapitres ont été prépubliés dans un magazine chinois, qui disparu avant la publication du dernier chapitre. Little Cloud décida alors de sortir son œuvre en 3 volumes reliés, correspondant à l’histoire principale.

DragonAxiom-couv-face-t1 dragon_axiom_cover_2 Dragon-axiom_cover_3
Les superbes couvertures de l’histoire principale, éditée par les éditions Kotoji.

L’auteure étant déçue de n’avoir pu achever convenablement son histoire, et grâce au soutien de ses lecteurs, elle a pu l’approfondir en sortant pas moins de quatre volumes s’articulant autour du récit original, cette fois-ci via un magazine hongkongais.

  • Mirror of Blue Moon, un prologue sur l’enfance de Lacus et Xérès.
  • Sea melted into Sky, la suite des aventures de Lacus et Fenetten.
  • Blaze, un second prologue, cette fois sur la rencontre entre Kilroy et Lorelei.
  • Du début jusqu’à la fin, sur les traces de l’espace-temps, où Lacus et Fenetten vont chez les dragons de l’ombre, ce qui clôture leurs aventures.

En France, seuls les trois premiers volumes sont disponibles. Les autres sortiront peut-être un jour chez nous, si ce manhua rencontre un certain succès dans nos librairies. En attendant des nouvelles, il faudra se rabattre sur l’import pour découvrir la suite de leurs aventures.

Les personnages principaux

lacus_personnage fenetten
Lacus, malgré son apparence d’adolescent espiègle, est en réalité un dragon de 280 ans ! Parfois fainéant et peu scrupuleux, il s’attache très rapidement à Fenetten pour des raisons qui restent encore secrètes. Fenetten est un jeune mousse originaire du port de Bout-du-Monde. Sérieux, bosseur, et avide d’aventures, il suivra Lacus afin d’en apprendre plus sur son monde ainsi que sur lui-même. Il possède d’étranges pouvoirs.

Bien sûr, il y a de nombreux personnages secondaires comme la jeune et séduisante Baxt ou la mystérieuse Lorelei, des tonnes d’autres dragons tous différents, ainsi que les parents de Fenetten que vous découvrirez bien assez tôt. Difficile d’en parler ici sans spoiler cette histoire, mais sachez seulement qu’ils sont tous très attachants !

dragon_axiom_extrait_03

Notre avis sur l’œuvre

Ce qui est agréable avec les petits éditeurs indépendants, c’est qu’ils choisissent leurs titres principalement au coup de cœur, évitant de saturer le marché avec des œuvres médiocres et dispensables. Chaque titre publié chez nous mérite donc qu’on y jette un œil. C’est pourquoi nous apprécions la sortie de Dragon Axiom en France :dragon_axiom_extrait_05 un petit manhua qui nous rappelle que le divertissement simple et onirique reste toujours une nécessité pour donner du soleil à la vie, en opposition aux œuvres complexes et violentes.

Ce qui frappe le lecteur en premier lieu, c’est bien l’excellence du graphisme, dont vous avez déjà pu en admirer le travail en parcourant cet article. Little Cloud est diplômée du département des arts de l’Université Chinoise de Hong Kong. Elle travaille également comme illustratrice, mais aussi comme designer de mode. Ses multiples compétences se ressentent dès les premières pages : chaque planche est minutieusement détaillée, que ça soit au niveau des décors ou de la précision des vêtements des personnages (être designer de mode aidant). Elle excelle également dans le découpage des planches, toujours d’une fluidité exemplaire, nous laissant parfois pantois par certaines séquences absolument magnifiques. À noter que dans les premiers chapitres, l’auteure utilise peu les trames, en dessinant uniquement à la main. Même les contours des cases sont faits à la volée et non avec une règle ! À ce stade, le graphisme justifie à lui seul l’achat de ce manhua, mais il serait dommage de n’y voir qu’une simple œuvre graphique.

dragon_axiom_extrait_02
Regardez, absolument tout est dessiné à la main, même les jeux de lumière !

Au fil de ces trois volumes, on suit le périple de Fenetten et Lacus dans différentes régions du monde, toutes différentes les unes des autres. L’histoire est assez commune, sans grande prétention. Très vite, on comprend que l’intérêt du titre ne provient pas de la complexité de son scénario, mais bien de sa belle galerie de personnages et de son univers riche et travaillé.

On appréhende cet univers aussi bien avec le récit, que par des notes inter-chapitres ou des documents à la fin des volumes. Little Cloud ne laisse jamais rien au hasard, chaque personnage à son importance et son propre vécu, indépendamment de l’histoire principale. dragon_axiom_extrait_01C’est à travers ce petit monde que Lacus et Fenetten vont avancer dans leurs aventures, mais également évoluer au contact de l’autre. Si Fenetten n’est qu’un enfant découvrant le monde avec un regard neuf et neutre, se forgeant l’esprit au fil des découvertes, Lacus va quant à lui s’humaniser de plus en plus. Leurs liens se resserreront petit à petit, passant d’une simple camaraderie à une vraie amitié, se protégeant mutuellement face aux nombreux dangers présents sur leur route.
On s’amuse constamment à découvrir les règles qui régissent ce monde, notamment via les différents dragons que l’on rencontre, tout aussi magnifiques qu’intéressants. Passionnée, Little Cloud nous offre des créatures d’une grande beauté ayant chacune leur personnalité. Ils deviennent vite des protagonistes à part entière, qu’ils soient antagonistes ou bien alliés.
Cependant, si l’aventure est excellente et se lit d’une traite, on regrettera peut-être une gestion de la temporalité un peu confuse, puisqu’on ne sait jamais s’ils voyagent depuis quelques heures ou quelques mois. Un peu dommage, car il semble bien qu’ils grandissent dans le récit, mais le faible nombre de chapitres ne permet pas de s’en rendre compte.

Ce pur divertissement n’a d’autre but que d’immerger le lecteur dans un univers onirique dans la plus pure tradition de l’Heroic fantasy. Lire Dragon Axiom, c’est retrouver d’une certaine innocence perdue, celle des contes de notre enfance. Rappelant l’époque où les bandes dessinées étaient très simples et accessibles, tous les adultes pourront se jeter dessus, que ça soit pour retrouver leur âme d’enfant, ou bien pour le partager à leur progéniture afin qu’ils vivent eux aussi une belle aventure.

Interview de Pierre SERY, gérant des éditions Kotoji

pierre_sery

Pierre SERY est le fondateur des éditions Kotoji. Il a eu l’extrême gentillesse de prendre de son temps pour répondre à nos questions. Nous le questionnions à propos de ce manhua et de son auteure, dans le but d’en savoir un peu plus sur leur rencontre.

Bonjour Pierre Sery, comment avez-vous découvert le manga Dragon Axiom ?

« Après avoir découvert ma précédente série BLOOD & STEEL, je m’étais dit qu’il devait y avoir un vivier intéressant à Hong-Kong. C’est un territoire ultra créatif et ouvert sur le monde depuis très très longtemps. Il ne connait pas les mêmes problèmes qu’on peut avoir en Chine continentale (censure, monopole d’éditeurs dépendants du gouvernement…), et ce notamment par une grande histoire du cinéma. Je m’étais donc dit qu’il y avait un vivier créatif très important là-bas et pas totalement exploité.
Je cherchais des titres qui se détachent de la pure BD hongkongaise, dans le style de ce que l’on a connu en France avec des auteurs comme Andy SETO (TIGRE ET DRAGON, CYBER WEAPON Z et KING OF FIGHTERS ZILLION publiés à l’époque chez Tonkam) ou la collection Hero qui a eu une courte vie chez Soleil. Je cherchais principalement des titres qui s’intégreraient vraiment dans un rayon manga chez un libraire.
Je n’avais aucun contact sur place, dans la mesure où pour BLOOD & STEEL, j’étais passé par l’éditeur de la série dont le siège est à Taiwan et pas à Hong-Kong. Spontanément, je m’étais dit qu’il devait exister quelque part à Hong-Kong, une sorte de fédération des éditeurs. Après une brève recherche sur internet, j’ai trouvé cette fameuse fédération. Outre les éditeurs, il y avait quelques auteurs indépendants adhérents. En cliquant sur les différents liens, je suis tombé sur le travail de Little Cloud. J’ai pris contact avec elle, et nous avons pas mal échangé. Elle m’a envoyé ses livres que j’ai fait lire par mon traducteur et nous avons été convaincus. »

Pourquoi avoir voulu éditer ce manga en France ?

« Ce qui m’a tout d’abord intéressé, c’est la poésie dans son dessin et plus généralement dans sa série. Cette ambiance m’a rappelé l’univers d’un auteur japonais que j’adore, Hiroyuki Asada, que l’on connait en France pour ses séries I’LL CKBC et LETTER BEE. D’ailleurs, je trouve beaucoup de similitudes dans le ton entre LETTER BEE et DRAGON AXIOM.
En outre, je cherche aussi des séries plutôt courtes (à l’exception de BLOOD & STEEL qui constitue plutôt pour nous, un coup de cœur auquel on ne voulait pas passer à côté) pour garantir à nos lecteurs qu’ils auront la fin de l’histoire en France, quoi qu’il arrive.
Globalement, en tant qu’éditeur, je suis aussi dans une démarche de faire découvrir des pépites que personne d’autre ne serait allé chercher autrement. C’est aussi pour cela que nous ne souhaitons pas publier des mangas japonais. Nous n’apporterions aucune plus-value au marché existant. En allant chercher de très bons titres qui viennent de Chine, Taiwan, Hong-Kong ou de Corée, nous faisons vraiment ce travail de dénicheurs de pépites et sommes des artisans de la découverte de talents en dehors du Japon. »

blood-steel-1-kotoji letter_bee_274
Blood & Steel et Letter Bee, édités respectivement par Kotoji et Kana en France

Vous avez invité Little Cloud par deux fois en France (pour la Japan Expo 2016 et Angoulême en 2017), comment se sont passés ces événements ?

« La Japan Expo a été une véritable souffrance pour nous. D’une part, les ventes ont été catastrophiques par rapport aux montants investis (en dépit d’un stand pas très grand) et d’autre part, on n’a pas été totalement satisfaits du traitement qui nous avait été réservé. C’est aussi pour ça, qu’on a décidé de ne plus y retourner. Mais ça a été une aventure humaine extraordinaire. Car nous avons cette chance de pouvoir faire venir plus facilement nos auteurs que ne le font nos collègues qui travaillent avec des auteurs japonais. Plus que des relations professionnelles, ce sont plutôt des relations d’amitié qui se sont nouées.
Pour Angoulême, on n’y est pas pour grand-chose en fait, car Little Cloud a été invitée par l’opérateur culturel de Hong-Kong qui tient un stand tous les ans à Angoulême. On n’a été prévenus que moins de deux semaines avant leur venue et n’avons été associés que trop tardivement pour mieux faire les choses en collaboration avec eux, c’était un peu dommage. Mais c’était en tous cas encore pour nous l’occasion de revoir notre amie Little Cloud avec tout un tas d’auteurs hongkongais de talent. »

Un dernier petit mot pour nos lecteurs ?

« Je ne peux que vous inviter à lire DRAGON AXIOM. C’est un titre rempli de poésie réalisé par une auteure talentueuse. Vous verrez qu’il y a un tas de talents dans le « manga » en dehors du Japon et cette auteure en fait partie. Et puis, soutenez les petits éditeurs comme nous ! On a trop besoin de vous !!!! »

Merci Pierre Sery.

Propos recueillis en septembre 2017 par l’équipe de MangAnime.
Retrouvez Pierre SERY sur le facebook ou le site internet des éditions Kotoji, ainsi que sur sa chaîne Youtube où il nous décrit avec passion les coulisses de l’édition.

dragon_axiom_extrait_07

©kotoji editions / little cloud, tous droits réservés.

Bonus

Nous avons eu l’occasion de pouvoir rencontrer Little Cloud lors de la Japan Expo en juillet 2016. Toujours souriante et disponible, elle fut ravie de pouvoir rencontrer ses fans français. Voici deux dédicaces qu’elle a eu l’honneur de nous faire. Admirez la précision du trait, des dessins à l’encre de Chine sans aucun brouillon au préalable.

fenetten_dedicace lacus_dedicace

Facebook Comments

À propos Dareen

Amateur de mangas, animes, anisongs, et de whisky. Également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *