Game Soundtracks CDJapan

Les recommandations manga de Kazune [Semaine n°12 : du 20.03 au 26.03.2017]

Chaque semaine, notre chère mascotte Kazune vous recommande certains titres, globalement des manga, manhua ou manhwa, et vous les décrypte. Quoi de mieux que de nouveaux coups de cœur parmi ses récentes lectures, que nous vous laissons découvrir ici. Nous espérons qu’ils vous tenteront.

Laissez-vous guider et n’hésitez pas à partager avec nous vos avis sur ces titres, si vous avez également eu l’occasion de les lire.


 

Titre
Freaky Girls

亜人ちゃんは語りたい

Numéro du tome
T.1
Editeur FR : Pika Édition

JP : Kôdansha

Première publication FR : 15/02/2017

JP : 06/03/2015

Auteur PETOS
Type
Seinen
Rédacteur Neginator
Synopsis de la série (éditeur) :

Après avoir longtemps vécu loin des humains afin de fuir les persécutions, les vampires, succubes, Dullahan et autres êtres surnaturels sont désormais acceptés par la Société. Ils sont appelés « Para-humains » ou « Demis » (de « Demi-Humains »), terme plus tendance selon les jeunes adolescents de ces espèces.
Au Lycée Shibasaki, de nombreuses « Demis » font parties des élèves et des professeurs ! Pour Tetsuo Takahashi, professeur de biologie, passionné par ces êtres surnaturels, c’est l’occasion rêvée de les étudier de plus près ! Au gré de ces discussions avec de jeunes adolescentes « Demis », il se rend compte que ce n’est pas facile d’être à moitié humaine. Les « Demis » doivent affronter quotidiennement le regard des autres et les moqueries sur leur différence. Tetsuo apprendra à mieux connaître ces adolescentes pas vraiment comme les autres et il fera tout pour leur venir en aide !

L’avis de Kazune :

Alors que l’adaptation animée est arrivée en France cet hiver sur Crunchyroll, nous avons pu retrouver en février le premier tome du manga Freaky Girls chez Pika Édition.

Dans une société où les para-humains (nommés demi), des êtres humains aux caractéristiques particulières, ont enfin été acceptés pour ce qu’ils sont et semblent vivre normalement, Tetsuo Takahashi est un simple humain, professeur de biologie dans un lycée. Il a toujours voulu discuter avec un demi et pour sa quatrième année dans l’établissement, il découvre que le nouveau professeur de mathématique n’est autre qu’une succube. Voyant alors le destin lui sourire, il fait peu à peu la rencontre de nouveaux élèves également demi : une vampire, une Dullahan et une fille des neiges !

freakygirlsLe premier tome de Freaky Girls nous offre divers chapitres assez indépendants les uns des autres. Il ne semble pas y avoir de réel fil rouge à l’heure actuelle, outre une romance qui se dessine à l’égard du professeur. De prime abord, on peut penser que cette série est un simple titre de divertissement pur, très léger et proposant une bonne dose d’humour pour vous mettre de bonne humeur. Cependant, à travers ses personnages aux capacités spéciales, l’auteur cherche à proposer quelque chose de plus profond. En effet, son récit permet de mettre en corrélation les difficultés d’intégration et les peurs de ses personnages hors du commun avec celles des adolescents de notre société. Nous avons tout d’abord, une jeune fille vampire extravagante qui apporte une grande part d’humour au titre. Aux côtés de sa soeur jumelle, simple humaine, elle permet de montrer qu’au sein d’un même foyer, des mésententes, ici d’ordre comportementale dues aux différences, peuvent apparaître mais l’unité et l’amour familial sont tout de même plus forts. La petite Dullahan avec sa tête détachée de son corps, reflète la timidité adolescente, le premier amour et les difficultés d’adaptation qu’ont les jeunes au physique particulier, sortant des codes fixés par la société. Enfin, la jeune fille des neiges est dans ce premier volume, l’adolescente qui ne parvient pas à s’accepter telle qu’elle est, rejetant constamment la cause de ses problèmes sur sa singularité, la contraignant ainsi à s’isoler.

Du côté des demi, nous retrouvons également une femme plus mature, la succube, professeure de mathématique. Cachant une beauté sans pareille sous son jogging, à laquelle personne ne peut résister, elle est l’image de l’adulte complexé par le regard d’autrui. Enfin, parmi elles, le professeur Takahashi, ayant la tête sur les épaules, sera de bon conseil et permettra d’étudier ces petits complexes qu’il leur faut surmonter, mais nécessitant quelques efforts sur soi-même, parfois un peu d’aide ou bien une oreille attentive.

Tout comme le reflète la couverture des tomes, le dessin est épuré et pour le moins original. Cependant, il reproduit admirablement les émotions et l’atmosphère du récit grâce à une bonne gestion de l’espace, des trames, de la découpe des cases et des dialogues, mettant ainsi en lumière l’essentiel de chaque scène importante.

C’est ainsi que Freaky Girls parvient à traiter de sujets sérieux et intemporels tels que la différence et la complexité de la vie adolescente, le tout avec une certaine simplicité, beaucoup d’humour et une pointe de fantastique. Le lecteur pourra facilement s’identifier à chacun des personnages qui, malgré leurs spécificités extraordinaires, restent suffisamment humains pour paraître réalistes.

 


 

Titre
Moving Forward

あるいとう ariutô

Numéro du tome
T.1 & 2
Editeur FR : Akata

JP : Shûeisha

Première publication FR : 09/03/2017

JP : 05/04/2011

Auteur Nagamu NANAJI
Type
Shôjo
Rédacteur Dareen
Synopsis de la série (éditeur) :
Kuko, jeune lycéenne, affiche toujours un sourire radieux ! Mais autour d’elle, personne ne semble soupçonner que derrière cette apparente bonne humeur se cache une profonde douleur. Ni son père. Ni Kiyo, son voisin métisse. Ni Ibu, son amie d’enfance fan de shôjo mangas. Seul Outa, jeune étudiant en école d’art, réussit à lire en elle, au-delà des apparences. Car en réalité, depuis sa plus tendre enfance, Kuko souffre d’une absence : de celle d’une mère décédée lors du grand séisme de Kobé. Alors, pour exorciser tout son mal-être, la jeune fille aime tenir son blog photo, sur lequel elle poste « sa vision du monde », à travers le regard des animaux. Mais l’arrivée dans son quartier d’un garçon plus perspicace que les autres pourrait bien chambouler son quotidien…

L’avis de Kazune :

Moving Forward est le nouveau titre de Nagamu NANAJI, que l’on connaît déjà dans notre pays via Panini qui a publié ses deux gros succès : Parfait Tic! et Koibana – L’amour malgré tout. Cette fois, c’est Akata qui a récupéré le dernier né de l’auteur, car celui-ci n’est pas juste une simple histoire d’amour, mais avant tout une histoire teen spleen mettant au cœur de l’œuvre ce malaise existentiel dont tout adolescent a déjà fait l’expérience.

Kuko est une lycéenne de tout ce qu’il y a de plus normale : heureuse en apparence, des amis, un père qui l’aime, et une passion dont elle ne se lasse pas. Et pourtant, quelque chose bout en elle, un malaise auquel elle n’arrive à mettre ni à un nom, ni une origine. L’arrivée d’un garçon dans son quotidien va faire ressortir en elle des sentiments qu’elle aurait voulu garder cachés, et surtout changer les rapports qu’elle entretient vis-à-vis de ses proches.

moving_forward_extrait_01La notion du quotidien est très importante dans ce récit, car elle est au cœur de la vie de Kuko. Elle y est même beaucoup trop attachée, préférant ce confort où tout le monde est à sa place, ou plutôt à la place qu’elle souhaiterait, n’hésitant pas à se mentir afin de se protéger de toute tentative extérieure pouvant chambouler son quotidien. Dans ce récit, les premiers émois seront l’occasion pour elle de se remettre en question afin de saisir ce qui lui manque au fond de son cœur. L’absence de sa mère a-t-elle réellement joué dans ses difficultés à s’ouvrir à autrui ? Accepter les sentiments de son ami d’enfance changera t-il quelque chose en elle ? Pourquoi tant de passion pour un peintre peu avenant et mélancolique ? Beaucoup de non-dits, d’introspections, et un point de vue narratif jonglant entre les personnages, pour décrire plus en détails la vie de ces personnages.

Quelque part, toutes ces difficultés ne résultent que d’une chose : l’adolescence est une période de changements psychiques et hormonaux qui va transformer notre quotidien si simple et heureux, dans une vision moins idéalisée du monde, où nous devons nous responsabiliser vis-à-vis des autres.

Ce manga semble se diriger vers cette voie, à travers 11 volumes où nous plongerons dans les tourments de ces personnages, où chacune de leurs actions leur permettra de trouver une réponse au sens de leur vie. Une thématique trop souvent négligée dans le manga, se concentrant plus sur la nature des sentiments amoureux que sur l’évolution psychologique des personnages qui ne sont plus des enfants, mais pas encore des adultes. Le lecteur lui, pourra y retirer ce qu’il a envie de voir. Simple romance entre adolescents ? Vision d’une jeunesse endeuillée ? Difficultés à trouver sa voie dans l’art et dans la société ? Chacun pourra se faire son propre avis.

Graphiquement, rien ne dépaysera les lecteurs de shôjo qui retrouveront un découpage aéré, ainsi que de nombreux gros plans sur les visages afin de décortiquer avec finesse leurs émotions. Toujours beaucoup de beaux garçons et de filles mignonnes gravitant autour de l’héroïne, un petit plaisir visuel qui charmera sans difficulté le lecteur. Le vrai point fort de ce titre provient principalement du fait que l’auteur ancre ses personnages dans une fidèle reconstitution de la ville de Kobe, dont les décors y sont directement issus. Les couvertures, absolument magnifiques, le sont également.

Un titre de chez Akata qui sort, une fois de plus, du lot. Sans pour autant être capable de fédérer un public très large à cause d’une écriture trop ancrée dans les codes du shôjo, Moving Forward devrait particulièrement plaire au public adolescent qui y découvrira une œuvre sensible, évoquant sans détours ce mal-être qui leur est propre et qu’ils sont peut-être déjà en train de vivre. Et puis, tomber amoureux, c’est également vaincre ses démons afin de s’aimer réellement soi-même, pour ensuite pouvoir accepter inconditionnellement les sentiments de l’autre. Cette prise de recul dans le but de gagner en maturité semble tout à fait l’angle choisie par l’auteur afin d’y raconter son histoire. Le message est clair : aller de l’avant.

 


Titre
L’enfant et le maudit

とつくにの少女

Numéro du tome
T.1
Editeur FR : komikku

JP : Mag Garden

Première publication FR : 09/03/2017

JP : 10/03/2016

Auteur NAGABE
Type
Shônen
Rédacteur ALeX’
Synopsis de la série (éditeur) :
Il était une fois une enfant et un non-humain maudit, venus de deux mondes différents. Alors que l’étrange être veille sur la petite fille, celle-ci vit à ses côtés sans se rendre compte de la dangerosité du monde qui l’entoure. Candide, la jeune humaine attend qu’on vienne la chercher, tandis que la créature n’ose pas lui révéler la triste vérité et briser toutes ses espérances… Traversée par une douceur empreinte de tristesse, cette relation calme et sensible se construit par petites touches et soulève nombre de questions : que font-ils ensemble ? Pourquoi la protège-t-il ? Qu’adviendra-t-il d’eux ? Pourquoi les hommes s’en prennent-ils au « Maudit » ?… et bien plus encore !

L’avis de Kazune :

enfantmauditscan1Il était une fois, une charmante et candide fillette, qui vivait protégée par un être non-humain, un être dit « maudit » !

Tout commence ainsi, dans ce monde hostile, où les êtres humains sont appelés « êtres de l’intérieur », et dans lequel des être maudits sont appelés « êtres de l’extérieur ». Le corps de ces derniers semble humain, mais leur tête a l’apparence de celle d’une bête ornée de cornes. Nous ne savons rien de ce qui a pu conduire la monde à devenir ainsi. Tout au plus, une fable enfantine traîne et s’égraine au fil des pages… Le quotidien de ces deux êtres nous permet de découvrir leur relation : la fillette, qui attend en vain sa tante qui devrait venir la chercher, et le professeur, être maudit qui a juré de la protéger, mais qui ne doit pas la toucher sous peine de la damner.

Ce premier tome met en place une intrigue déchirante. Il entrouvre une petite porte sur un contexte bien glauque, distillant ça et là des éléments de réponse. Il esquisse en filigrane un avenir complexe et tortueux pour cette innocente et adorable fillette. L’enfant et le maudit est un manga en clair obscur dont l’équilibre repose sur ce duo hors du commun qu’on voudrait préserver de tout. La candeur et la pureté d’une petite fille, viennent se fracasser contre la réalité brutale et bestiale du monde et des hommes.

NAGABE, jeune auteur que l’on découvre avec un réel bonheur, signe avec lyrisme et poésie, une histoire sombre et délicate. Son dessin n’est pas en reste : son trait fin et maîtrisé est d’un raffinement qui nous séduit dès les premières pages. L’enfant et le maudit est une petite merveille.

 

Facebook Comments

À propos Neginator

Administrateur et Président de MangAnime - Association.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *