Game Soundtracks CDJapan

[Chronique] Qualia under the snow – Douce chaleur printanière

Auteure 紀伊カンナ Kanna KII qualia_under_the_snow_cover
Titre original 雪の下のクオリア
yuki no shita no qualia
Éditeur Taifu Comics (France)
Taiyô Tosho (Japon)
Prépublication Craft
Première parution 26/01/2017 (France)
20/01/2014 (Japon)
Genre Romance, tranche-de-vie
Synopsis de l’éditeur :

Akio Kobayashi est passionné par les plantes et préfère leur compagnie à celle des personnes. Umi Ôhashi, un étudiant gay, enchaîne les aventures sans lendemain. Tous deux dans la même université, ils habitent également dans le même foyer étudiant. Inévitablement, ils finissent par passer beaucoup de temps ensemble. Ces moments vont leur permettre d’apprendre à mieux se connaître et se comprendre. Ainsi, au fur et à mesure que le temps passe, leur relation évolue.

qualia_under_the_snow_11

« La neige a bien fondu.
Quand elle aura fondu, ce sera le printemps, et les fleurs que tu aimes tant fleuriront partout.
J’ai hâte. »

Un qualia est un terme philosophique désignant les propriétés de la perception, des expériences sensibles. Il s’agit de perceptions totalement subjectives, des sensations qui nous sont propres et qu’il est impossible de transmettre physiquement à autrui. Le titre de ce manga, que l’on pourrait traduire par « le qualia sous la neige », pourrait être interprété comme une métaphore des sentiments des deux personnages principaux de cette œuvre, confinant leurs traumatismes et leurs craintes au plus profond d’eux-mêmes, afin de se prévenir de toute blessure psychologique.qualia_under_the_snow_extrait_10 Cependant, tous les deux sont à la recherche d’un soleil capable de faire fondre cette barrière qu’ils se sont érigés, pour ainsi se libérer de leurs émotions les plus intimes.
C’est avec beaucoup de poésie que Kanna KII nous narre une jolie histoire d’amour, où Akio et Umi, deux étudiants vivant dans le même foyer, vont se rencontrer et se soigner mutuellement au fil des journées passées ensemble, pour s’épanouir à l’arrivée du printemps.

Avant même de parler du récit, la première chose qui frappe à la lecture de ce titre est l’excellence de son graphisme, d’une qualité rarement atteinte dans les œuvres du genre. C’est beau. C’est tellement plaisant à regarder que notre regard est happé à chaque case, faisant doubler ou tripler la durée de lecture tellement l’expérience visuelle procure un bien-être satisfaisant. Il ne s’agit pas simplement de la précision du trait de l’auteure, ni de son découpage, mais un ensemble de détails qui, additionnés, arrivent à exprimer une réelle ambiance, plongeant le lecteur aux côtés des deux jeunes hommes. Il est aisé de se sentir aveuglé par la lumière se reflétant sur les cheveux d’Akio au réveil, de frissonner en contemplant Umi patientant sous la neige, ou de frémir en sentant la douce chaleur printanière s’installant petit à petit dans leur vie, au fur et à mesure que le récit avance. Ce manga transcende le noir et le blanc en proposant une expérience presque sensorielle, colorée. Il suffit simplement d’admirer la couverture ainsi que son titre pour deviner instinctivement le contenu de son histoire. En arriver à ce résultat se révélerait de l’exploit pour une jeune auteure, c’est pourquoi il faut évoquer son parcours avant qu’elle ne devienne professionnelle afin de mieux saisir ses qualités.

qualia_under_the_snow_extrait_12
Kanna KII débute sa carrière professionnelle en 2014 avec le one-shot L’étranger de la plage, disponible en France aux éditions Boy’s Love d’IDP, qui rencontra un beau succès au Japon. Par la suite, les récompenses s’enchaînèrent : nominée dans les classements Kono BL ga Yabai 2015 à 2017 ainsi que dans le Chil-Chil Award 2015 et 2016, elle fut même dans les 10 meilleures ventes de manga Boy’s Love d’après le classement Osusume BL Comics de 2015 et 2016 !
Si les récompenses sont là pour saluer son talent et sa popularité, il faut cependant retourner du côté de ses années passées en amateur afin d’expliquer l’essence même de son travail. En effet, elle écrit et dessine des dôjin depuis 2008 sous le pseudo niwa 庭, notamment à travers le cercle 3peace. C’est avec des œuvres inspirées du manga Soul Eater que nous avons pu découvrir son talent, dépeignant des histoires romantiques, tantôt mélancoliques, tantôt torturées, autour des personnages Maka et Soul essayant par tous les moyens d’exprimer leurs sentiments malgré un rapport de force déséquilibré. Déjà à l’époque, Kanna KII soignait énormément son trait, ne délaissant jamais les décors, et travaillant le plus possible sur la qualité des expressions du visage, la majorité des émotions transitant par ce biais-là dans son dessin. Beaucoup de temps passé à peaufiner son graphisme, pour livrer une œuvre simple mais quasi-parfaite dans la forme. Et ça fonctionne : ses différentes productions sont des petites pépites de bonheur et d’amour qui n’ont pas manquées d’émouvoir son public sans cesse grandissant. C’est fort de ces expériences passées qu’elle put construire des histoires fortes comme Qualia under the snow, une de ses œuvres les plus abouties, dont l’écriture fut étalée sur 2 années.

qualia_under_the_snow_extrait_02

Une immense mélancolie se dégage de cette œuvre. Cet amour se construit non pas autour de personnages bien dans leur peau et heureux, mais autour de deux jeunes gens désabusés par la vie. Akio semble se réconforter au contact des plantes plutôt que celui des humains, tandis que Umi cherche à tout prix à panser ses blessures en se jetant dans les bras du premier venu. S’ils ne semblent avoir rien en commun au premier abord, en réalité tous deux sont en proie à une immense solitude. Inconsciemment, ils vont se rapprocher progressivement l’un de l’autre, en partageant avec pudeur un quotidien banal mais salvateur.

Plutôt que se perdre dans une multitude de sous-intrigues inefficaces, Kanna KII a eu l’intelligence de concentrer son récit uniquement sur le renforcement des liens entre Akio et Umi, l’éveil des leurs sentiments amicaux, qui les amèneront à s’aimer, pour ensuite s’ouvrir au monde.qualia_under_the_snow_extrait_09 C’est l’aboutissement de la première étape de leur relation amoureuse : un changement a été opéré dans leur cœur, les deux tourtereaux seront maintenant capables de commencer à vivre un réel amour. La suite de leur idylle n’est plus indispensable au récit, il faudrait plutôt se tourner du côté de son œuvre maîtresse L’étranger de la plage pour y trouver une histoire développant plus profondément les tourments d’une relation homosexuelle.

Cette homosexualité y est d’ailleurs narrée d’une manière moderne, évitant au maximum d’hétérosexualiser le couple à travers l’éternel dominant et dominé. Si Umi assume totalement être gay, la sexualité d’Akio est simplement suggérée. N’étant attiré ni par les hommes, ni par les femmes, il se laisse vivre par le temps sans réellement se poser de questions. Aucun coup de foudre, cette quête sentimentale se base avant tout sur une attirance morale et non physique, avec une certaine naïveté. Le trait juvénile de l’auteure contrastant avec l’âge des personnages permet d’accentuer cet effet, en nous présentant deux garçons certes mignons, mais jamais sexy. D’un pied égalitaire, deux jeunes cœurs préférant la chaleur d’une personne partageant la même peine, plutôt que de jouer un jeu de séduction malsain.
C’est un point finalement très important car ce manga pourrait être lu par n’importe qui, qu’importe son genre ou sa sexualité. La patte féminine de l’auteure se ressent surtout dans sa façon de retranscrire les sentiments à fleur de peau de ses personnages, plutôt que dans une vision fantasmée d’une relation gay. Pour le lecteur, il y trouvera une histoire dépeignant positivement l’amour au masculin, l’inscrivant dans la normalisation des sexualités alternatives, de la même manière qu’un Yuri!!! on Ice très récemment où nous y trouvons des traces de pansexualité. Diffuser ces œuvres capables de conquérir le grand public est porteur d’espoir dans l’évolution des mentalités.

qualia_under_the_snow_extrait_08

L’édition proposée par Taifu Comics est la même que leurs autres collections : une couverture et un papier peut-être un peu trop rigide, pour une bonne qualité d’impression, ainsi qu’une lecture agréable. Aucun bonus, si ce n’est une petite page en couleur au début. Notons qu’avec un nombre de pages conséquent, ce tome est un peu costaud, ce qui n’est pas déplaisant car celui-ci est vendu pour le même prix que d’autres titres plus légers de leur catalogue.
Tout comme Given, il n’est pas facile de distinguer ce Boy’s Love d’un manga plus classique en librairie, même en le feuilletant. Seul un logo discret sur la tranche permet de confirmer ses soupçons. Une volonté de l’éditeur français, afin de différencier certains titres plus accessibles de leur catalogue des autres. Il serait intéressant que les libraires osent réellement jouer le jeu, en mettant en avant cette œuvre sur leurs présentoirs, aux côtés d’un Naruto et One Punch Man. Oublier un temps la catégorisation des publics pour mettre à disposition cette jolie histoire, touchant ainsi un public plus large ayant perdu foi dans le yaoi, ce genre où on retrouve habituellement des œuvres perverses et réservées aux fujoshi et fudanshi. Si en 2017 les garçons adorent Orange, si les filles raffolent de Haikyû, pourquoi les hétéros reculeraient face à Qualia under the snow ?

On ne peut que féliciter Taifu Comics de nous faire parvenir en France un titre de cette qualité. Dans cette volonté de proposer ce qu’il y a de mieux en matière de Boy’s Love, Qualia under the snow s’impose comme un one-shot des plus sensibles, positifs et poétiques de leur catalogue, peut-être même du marché francophone. Un indispensable pour les amateurs du genre, et une bonne porte d’entrée dans cet univers aux autres.

qualia_under_the_snow_chez_taifu

Yuki no Shita no Qualia © Kanna Kii 2016 Originally published in Japan in 2016 by TAIYOHTOSHO

Facebook Comments

À propos Dareen

Amateur de mangas, animes, anisongs, et de whisky. Également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *