Chihayafuru : le vent du succès souffle fort et les cartes s’envolent !

Au Japon, Chihayafuru est un manga à la notoriété grandissante. Ce chef-d’œuvre de Yuki SUETSUGU rencontre un énorme succès à chaque parution de son magazine, le Be-Love (l en fait d’ailleurs très souvent la Une).

En décembre 2015, la série a entamé sa huitième année de prépublication au Japon et le succès ne semble pas pâlir. Le 31e tome sortira le 11 mars au pays du soleil levant et affiche comme à son habitude, une couverture d’une beauté éclatante, digne du trait soigné de Yuki SUETSUGU. Plusieurs fanbook et guidebook sont également sortis au Japon afin de comprendre et découvrir toujours plus de choses sur l’univers de la série et sa création.

 

chihayafuru31

 

Victime de son succès, la série a été adaptée en anime pour deux saisons de 25 épisodes chacune en 2011 et 2013. Un OAD a également été produit pour accompagner la sortie du tome 22 en septembre 2013.

 

 

Trois ans plus tard, ce josei sportif bouleversant les émotions des lecteurs par sa richesse culturelle, ses matchs de Karuta intensifs et ses personnages hauts en couleurs, se voit adapté en films live ! Deux films qui sortiront cette année donc, le 19 mars et le 29 avril, et qui s’annonce d’ores et déjà fort prometteurs !

 

 

Le Japon est également très fier de cette série et de nombreux événements ont été et sont encore organisés autour de cette dernière avec notamment la ChihayaWeek.

 

chihayaweek

 

En France, nous avons l’immense plaisir de découvrir cette série grâce à Pika Edition qui publie les volumes reliés. 15 tomes sont actuellement sortis dans nos contrées. Le 16e volume paraîtra le 18 mai prochain, soulignant toujours le rythme trimestriel de la publication française de la série. Ce rythme a été adopté par Pika il y a quelques temps maintenant, suite à un manque de succès de la série en France. Cependant, l’éditeur s’y tient et nous lui en sommes fortement reconnaissant car ce titre en vaut vraiment le détour !

Ainsi, si vous recherchez un manga original, traitant d’un sport traditionnel japonais d’une intensité incroyable, perceptible grâce au trait léché et enivrant de son auteur, avec untouche d’émotions et d’amitié mais surtout une force passionnelle et poétique, n’attendez plus et lancez-vous dans Chihayafuru !

 

 

Résumé de la série :

Un hymne à la passion et à l’amitié !

Chihaya a un but dans la vie : devenir championne mondiale de karuta, jeu de carte traditionnel japonais ! Sa passion remonte à l’enfance où elle jouait en compagnie de Arata et Taichi. Aujourd’hui au lycée, Chihaya continue à gravir les grades du monde professionnel du jeu dans l’espoir de croiser à nouveau celui qui lui a communiqué son amour du jeu, Arata ! D’entraînements en compétitions, des liens forts vont se lier entre les membres du club créé par Chihaya, et chacun se découvrira des capacités insoupçonnées.

Amitié, rivalité, rêves et espoir : Chihayafuru est un titre hors norme, servi par des dessins fins et soignés, qui ravira amateurs de titres dynamiques et amoureux de la culture japonaise.

Le Karuta est un jeu de cartes traditionnel nécessitant de retenir par coeur les cent poèmes du Hyakunin Isshu. Des cartes du jeu seront brochées dans le premier volume, ainsi qu’un facicule regroupant les cent poèmes.

 

 

Facebook Comments

À propos Neginator

Administrateur et Président de MangAnime - Association.

Check Also

Accélération du rythme de parution du manga Magi : The Labyrinth of Magic en France

Achevé en 37 tomes au Japon depuis l’an passé, le manga Magi : The Labyrinth …

2 commentaires

  1. En tant que joueuse française de karuta, je voudrais apporter une petite précision sur le dernier paragraphe.

    Contrairement à ce que beaucoup pensent, il n’est absolument pas nécessaire d’apprendre par cœur les cent poèmes, ni même de les comprendre pour jouer au karuta. Et je parle en connaissance de cause ; je fais du karuta depuis près de 3 ans et quand j’ai commencé, je ne parlais pas un mot de japonais. J’ai juste appris à lire les hiragana (le syllabaire japonais), pour pouvoir déchiffrer les cartes japonaises.

    Le karuta est vraiment un sport basé sur la sonorité des mots, et pas du tout sur leur sens. Pour reprendre le poème emblématique de Chihayafuru, dès qu’on a entendu Chiha (le début du poème), on associe simplement ce son à la carte qui correspond et le tour est joué. Il suffit de trouver un moyen mnémotechnique pour retenir à quoi ressemble la carte Chiha et idem pour les autres cartes.

    Voilà, je tenais simplement préciser que c’est inexact de dire que c’est « un jeu de cartes nécessitant de retenir par cœur les cent poèmes ». Certes, les Japonais les apprennent à l’école, mais on peut parfaitement jouer sans les connaître.

    Pour ceux que ça intéresse, pour plus de précisions sur les règles du karuta, n’hésitez pas à consulter le site de l’association Karuta France (http://www.karutafrance.ml/) ou à venir poser des questions sur la page Facebook (https://www.facebook.com/Karuta.Fr).

    • Merci pour avoir précisé tout ceci aux lecteurs de cet article. Nous en sommes conscients. Cependant, la partie que vous détaillez correspond au synopsis officiel créé par Pika. Nous ne pouvons donc pas le changer. Mais nous allons mettre une petite note pour le préciser aux lecteurs.

Répondre à Sayuri Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.