mercredi 21 octobre 2020

Critique : Yona, Princesse de l'aube (TV)

Studio : Pierrot

Auteur : Mizuho Kusanagi

Réalisateur : Kazuhiro Yoneda

Conception des personnages : Maho Yoshikawa

Bande originale : Kunihiko Ryô

Plateforme Streaming : CRUNCHYROLL

Rédacteur : Neginator

Note : 17 / 20

 

Synopsis de la série :

Au royaume de Kôka, la princesse Yona s’apprête à fêter son seizième anniversaire. Elle a tout pour être heureuse : son garde du corps, Hak, veille sur elle depuis son enfance et elle s’apprête à accueillir son cousin, Soo-Won, qu’elle souhaite épouser. Mais une terrible tragédie va bouleverser sa vie, l’obligeant à fuir le château… Elle découvre ainsi le monde extérieur qu’elle ne connaissait pas vu que les frontières de son monde étaient les murs du château. Lors de son périple, elle fait la connaissance de personnes ayant hérité du pouvoir des « Dragons » d’une ancienne légende et qui lui vouent fidélité et protection car ils voient en elle la réincarnation du « Dragon » qu’ils devaient protéger à l’époque. Elle désire leur aide afin d’accomplir un but bien précis et souhaite user de leurs pouvoirs.

 

YONA1

 

Yona, Princesse de l’aube est un anime basé sur le manga éponyme de Mizuho Kusanagi, publié en France chez Pika Edition. N’ayant pas encore débuté la lecture du manga, je ne pourrai vous faire une comparaison entre les deux supports. Ainsi, cette critique portera uniquement sur l’anime et une autre sur le manga arrivera peut-être plus tard.

 

YONA2

 

Avis du rédacteur :

Crunchyroll.fr nous propose ici la diffusion d’un anime très intéressant qui n’est pas sans rappeler certaines œuvres déjà connues en France avec sa jeune fille « spéciale » entourée de ses protecteurs aux pouvoirs extraordinaires tirés de divinités, … Cependant, ici, nous suivons les aventures d’une jeune princesse, Yona, qui n’a aucune connaissance de son propre monde et des difficultés de son royaume sous le règne de son père et qui du jour au lendemain va s’y retrouver confronté. Elle va apprendre au fur et à mesure de ses aventures à se forger le caractère car il faut l’avouer, au début, elle est pénible et pleure régulièrement mais elle est telle un enfant qui vient de naître orphelin et qui découvre le monde vaste et effrayant qui l’entoure. Elle se retrouve pourchassée en permanence et prend au fur et à mesure de l’assurance et un certain charisme qui la rendent de plus en plus attachante au fil des épisodes. Elle lutte contre des assaillants qui sont sous les ordres du nouveau roi de Kôka, Soo-Won, un de ses amis d’enfance à l’origine de ses problèmes, mais elle n’est pas seule puisque son garde du corps, Hak, un jeune homme très puissant physiquement, qui la connait depuis bien longtemps est là pour l’épauler en toutes circonstances. Cependant, ce dernier a des sentiments pour Yona et ne manquera pas de lutter contre ses pulsions face à la naïveté de Yona et aux sentiments qui torturent cette dernière pour Soo-Won. Les motivations de ce dernier sont d’ailleurs bien étranges et le mystère plane autour de lui qui semble apprécier Yona, lui qui a pourtant fait souffrir cette dernière. Ainsi, il y a un triangle amoureux qui en énervera peut-être plus d’un, mais qui nous rappelle le côté shôjo de l’œuvre au milieu de son lot d’aventures.  Tout comme des titres tels que Fushigi Yugi ou encore Haruka dans une époque lointaine, Yona, Princesse de l’aube est bien un shôjo d’aventure. On assiste à des combats bien implantés dans l’histoire mais assez brefs, nous rappelant que nous ne sommes pas en présence d’un shônen. En plus de nos trois personnages cités précédemment, il y a les quatre dragons et le jeune Yoon qui accompagneront Yona et Hak dans leur périple. Ils sont tous très attachants, ayant chacun un caractère qui lui est propre et provoquant ainsi de nombreuses petites scènes humoristiques, même dans une atmosphère assez sérieuse. Oui, l’humour est aussi un très gros point fort de Yona, Princesse de l’aube. Il n’est pas lourd et vous provoquera des petits fous rires appréciables. Une mascotte (Ao) a également été ajouté par l’auteur afin de rajouter une touche de « mignon » à l’œuvre et lui, aussi, provoquera chez vous le rire.

 

 

YONA3

 

 

Après, on notera tout de même quelques longueurs dans l’histoire qui feront peut-être que certains décrocheront mais dans l’ensemble, ça reste un très bon anime niveau scénario. La fin est quant à elle assez ouverte et on espère tout de même une suite. Sinon, il faudra se rabattre de toutes manières sur le manga publié par Pika Edition afin de connaître la suite des aventures de nos personnages.

 

YONA4

 

Du côté du graphisme, il est vraiment de toute beauté avec des décors somptueux avec une palette de couleurs incroyable qui en mettra plein les yeux aux spectateurs. Les traits des personnages sont fins et suffisamment détaillés. Le studio Pierrot a fait quelque chose de très propre. En comparaison avec le manga (que nous avons tout de même pu feuilleter), le trait des personnages est plus doux et plus travaillé.

 

YONA5

 

Concernant la musique maintenant, nous avons deux opening au cours de l’anime très différents. Le premier fait assez  musique traditionnelle asiatique, sans paroles, et colle parfaitement à l’oeuvre. Le second fait plus opening de shônen, beaucoup plus dynamique et chanté cette fois. Il y a donc un net contraste entre les deux mais qui ne s’avère au final pas désagréable du tout. Les ending quant à eux sont plus classiques et plus doux. Au niveau des musiques de fond, elles sont très appréciables et ne manqueront pas d’amplifier merveilleusement bien les émotions produites par les diverses scènes où elles seront implantées.

 

YONA6

 

Au final, nous avons là un bon anime mêlant shôjo et aventure avec des personnages attachants et son lot de scènes dramatiques, le tout saupoudré d’un humour régulier et très agréable. Vous devriez passer un très bon moment à le visionner.

 

 

À propos Neginator

Administrateur et Community Manager de MangAnime

Check Also

[Chronique] Naruto à travers 7 génériques

I – Naruto OP 9 : yura yura Dernier opening avant la partie Shippuden, yura …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.