Critique : Evil Eater Tome 1

Auteur : Issei EIFUKU / KOJINO

Genre : Fantastique / Action

Editeur : Ki-oon

Critique de tome : Tome 1

Rédacteur : Jamin

Note :  4 / 5

Fiche de la série : Evil Eater

 

Débutons cette chronique par une rapide introduction d’Evil Eater. Nous découvrons l’existence d’une nouvelle science appelée le « sorcerisme » qui est assimilable à de la magie. Cette nouvelle découverte est utilisée par un institut d’une façon bien particulière puisqu’elle permet de faire revenir les morts à la vie. Mais attention, nous ne sommes pas dans un manga de mort vivant banal pour autant ! En effet, les morts sont ramenés à la vie en échange d’une autre vie. Dans un principe d’équité, la vie des meurtriers est utilisé pour ramener sa victime dans le monde des vivants et ces derniers sont appelés « returners ». Cependant, on peut se dire, « c’est trop bien, tout le monde il est beau tout le monde il est gentil », mais ramener des morts à la vie n’est jamais sans conséquence. Les returners présentent un « bug » qui peut les faire basculer psychologiquement et devenir de véritables dangers publics !

C’est finalement là qu’intervient nos protagonistes principaux. L’agent sorceriste Kento Nagumo ayant la capacité de détecter les bugs dans le subconscient des returners et l’agent sorceriste Yôko Amagi ayant la capacité de « manger » les bugs d’où son surnom de « Evil Eater » (comme le titre, tout à fait). Maintenant que cette « courte présentation » est faite, qu’est-ce que ça donne finalement ?

 

 

Le scénario semble assez basique en soit. Les auteurs nous en mettent plein la vue avec une société bouffée de l’intérieur puisque les bugs ne sont pas rendus publics bien évidement. Il y a des « monstres » à tuer parce qu’ils sont vilains… Bref, une histoire sans forcément de nouveautés me diriez-vous ? Mais que nenni ! Ici, il y a tout de même un vent de fraîcheur avec un fond psychologique très attrayant. Ce n’est pas uniquement une histoire de force physique et de combat contre les méchants, une réflexion sur notre société est encrée dans ce manga. La vie est utilisée pour en donner une autre mais cela pose tout de même un problème d’un point de vue moral. Cependant si ce sont les criminels qui sont utilisés, le problème persiste toujours ?

De plus, pour chaque affaire, il faudra explorer le psyché des returners pour pouvoir résoudre les situations. Nous allons alors découvrir que la vie n’est pas rose pour tout le monde ! Pour couronner le tout, la fin de ce premier tome intensifie les réflexions sur les libertés qu’une personne peut prendre de son propre chef.

 

 

En ce qui concerne le dessin, il est très précis et bien développé. La découpe et les fonds amènent une noirceur dans une histoire déjà pas très gaie. Les scènes d’action sont assez nettes sans être brouillons. Le trait pourra faire penser à du Ryu Fujisaki (dessinateur de Shi Ki) évolué. Le dessin est très adulte et complète parfaitement le scénario par une profondeur lors des scènes de réflexion et d’action.

 

 

Finalement, grâce aux très beaux dessins de Kojino et au scénario très bien construit de Issei Eifuku, Evil Eater est un bon moment de détente emmenant parfaitement le lecteur dans l’univers du manga. La fin de ce premier tome amènera surement les lecteurs à acheter la suite. Rappelons que la série est éditée chez Ki-oon et qu’elle est terminée en 3 tomes au Japon.

 

 

Facebook Comments

À propos Bastien-kun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *