Critique : Le Chef de Nobunaga Tomes 1 et 2

Auteur : KAJIKAWA Takurô (Dessin) / NISHIMURA Mitsuru (Scnario)

Genre :  Historique / Gastronomie

Editeur : KOMIKKU

Critique de tome : Tomes 1 et 2

Rédacteur : Neginator

Note :  4,5 / 5

Fiche de la série : Le Chef de Nobunaga

 

Ken est un cuisinier de notre siècle. Un beau jour, il se retrouve en pleine époque Sengoku, en ayant pour seuls souvenirs des notions d’histoire et de cuisine. Alors qu’il va s’appliquer à cuisiner pour les habitants de Kyôto, le célèbre Oda Nobunaga va vouloir le rencontrer, lui, qui a eu vent de sa réputation d’excellent gourmet et va en faire son cuisinier attitré et ce, par la force.

Ken va alors préparer des plats pour son maître mais également pour les proches de ce dernier, pour ses soldats afin de remotiver les troupes ainsi que pour ses invités et va tenter de régler quelques conflits en titillant les papilles de ce qui dégusteront sa cuisine.

 

© 2011 Mitsuru Nishimura / Takuro Kajikawa / Houbunsha

 

Le Chef de Nobunaga possède de nombreuses qualités : d’une part, nous avons un dessin magnifique qui reflète parfaitement les expressions, les traits des personnages, les plats sont de toute beauté, même les plus simples. D’autre part, ce manga n’est pas qu’une simple œuvre culinaire, il y a une explication des techniques et ingrédients utilisés sans tomber de le livre de recette. La recherche des ingrédients est vraiment fascinante, car oui, il y a aussi une notion temporelle avec des détails quant à la découverte de certains ingrédients.

Le Chef de Nobunaga pourrait être un manga « culturel » car en plus de nous présenter des plats typiquement japonais et l’époque de la découverte/création de certains ingrédients, il nous propose une virée à l’époque Sengoku, une période très célèbre de l’histoire du Japon. Nous découvrons à travers le regard de Ken le caractère de Nobunaga, ce personnage emblématique de l’époque Sengoku, mais aussi ses relations, les conflits qu’il a mené…

 

Côté édition, le titre est imprimé sur du papier de qualité et possède une couverture mate. Komikku a pris soin d’insérer de nombreuses annotations au fil des pages afin que nous comprenions plus facilement les termes utilisés. L’éditeur a également pris soin d’ajouter une petite rubrique fort intéressante en fin de tome avec en supplément une recette d’un plat évoqué dans le tome.

 

© 2011 Mitsuru Nishimura / Takuro Kajikawa / Houbunsha

 

Au terme de ses deux premiers tomes, Le Chef de Nobunaga nous pousse à le hisser au rang de titre de qualité pour son aspect culturel et son scénario très riche. A ne manquer sous aucun prétexte et ne pas passer à côté à cause du côté « culinaire », vous rateriez quelque chose !

 

Petite note finale du rédacteur : Depuis le sympathique Yakitate Japan ! (Edition Delcourt), j’attendais un manga culinaire qui me fasse à nouveau vibrer par son originalité et son mordant. Aujourd’hui, c’est chose faite avec Le Chef de Nobunaga !

 

Neginator, chroniqueur sur MS également.

Facebook Comments

À propos Bastien-kun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.