Critique Anime : C’était nous (Bokura Ga Ita)

 
Studio : Artland

Genre : Romance / Tranche-de-vie / Drame

Editeur : Black Box (animé) / Soleil (manga)

Chronique de la série TV complète.

Rédacteur : Dupoison

Note : 4,5/5

 

 

 

Introduction :

 

« C’était nous », ou plus littéralement « Bokura Ga Ita » en version originale, est un animé romance/tranches-de-vie/drame datant de 2006, adapté du manga du même nom de Yûki Obata. Edité au Japon chez « Shogakukan », et chez « Soleil » pour la France, comptant son intégralité en 16 tomes.

On retrouve à travers les 26 épisodes qui compose la version animée, les sentiments et ressentis retranscrits dans le manga original. Toutefois notons que l’anime ne compose pas l’intégralité du manga puisqu’il ne s’arrête qu’au 8 e tome. La première diffusion télé datant du 3 Juillet 2006 et s’étalant jusqu’au 25 Décembre 2006. Diffusée sur de nombreuses chaînes, à commencer par KBS, l’animé a ensuite était multi rediffusé sur des chaînes tels que Chiba TV, Tokyo MX (à qui l’ont doit notamment des diffusions tel que Black Lagoon, Baccano, HighSchool of the Dead, Rosario+Vampire)

La première publication du manga eu lieu le 26 Octobre 2002 et se termina le 16 Février 2012, soit plus de 9 ans après. Le titre fût pré-publié dans le magasine « Betsucomi ».

 

 

À première vue, « C’était nous » (qui se traduit par « Nous étions là ») a tout d’un bon vieux shôjo de base, classique… Une simple amourette de lycéen… Vous savez, la nouvelle venue qui commence par détester le garçon que toutes les filles sont folles dingues et qui finie par en tomber amoureuse à son tour, mais n’ose pas lui déclarer sa flamme… Oui, mais cela n’est vrai qu’en apparence ! Les personnages, tous sans aucune exception souffre… Que cela soit dû à leur passé ou à leurs sentiments actuels… Ils sont tous torturés psychologiquement tout au long.

 

Pourtant, malgré cela, tous font face à l’adversité et vont petit à petit apprendre à vivre avec, ou dans les meilleurs des cas, surmonter, leurs blessures.

 

D’autre part, le titre du manga, qu’il soit en français on en japonais est au passé… Pourquoi un tel choix? Tout simplement parce que l’histoire se déroule autour du passé de certains personnages, et sur le futur pour d’autres… D’autre part, la voix de l’héroïne sert aussi de voix-off, pour retracer les événements qui ont eu lieu précédemment.

 

Les sentiments adolescents sont-ils réellement sincères? Que s’est-il réellement passé? Puis-je continuer à l’aimer? Pourquoi souffre t-on autant quand on est amoureux? La séparation est-elle la meilleure chose à faire? Pourquoi est-ce que je me mets à douter? Toutes ces questions, que toute personne en couple s’est déjà posée au moins une fois, sont retranscrites à merveille, pour le plus grand malheur des personnages, à travers un récit triste et émouvant capable de vous faire rappeler votre propre couple, tant cette histoire est sincère, vraie et bien écrite.

 

D’autre part, l’animé en lui-même fait tout ce qu’il peut pour vous mettre la larme à l’œil, ambiance profonde et romantique, de nuit comme de jour, un univers de sourire, de larmes, avec une histoire délicate, et des plans au ralentis, et longs sur les personnages avec des décors éclairés de milles feux…

 

 

Les personnages :

 

On peut noter qu’à travers cette série, les adultes ne sont que peu présents, et les parents des protagonistes ne font que quelques rares apparitions, afin d’être entièrement plongé au cœur même de cette histoire d’amour. D’ailleurs au début, les personnages sont assez « enfantin » malgré tout, mais vont très vite mûrir au cours de ses deux années retranscrites à travers ce récit et devenir petit à petit plus matures, et plus adultes.

 

Précisons aussi, qu’au delà de la mort, et des sentiments, de nombreux autres sujets sont abordés, comme ceux des enfants non désirés, de la maladie, du divorce ou encore l’exclusion scolaire… Bien que ces thèmes ne soient pas essentiels, ils rajoutent un côté beaucoup plus mature à la narration de la série… Ajoutons aussi que les relations avec des personnes plus âgées et le sexe sont traités notamment grâce au couple Nana/Yano… En effet, Nana est plus vieille que lui et surtout, on apprend dès le début que Yano n’est plus puceau. Il a déjà couché, sachant qu’il rentre au lycée et est âgé de 15 ans au début de la série, et que sa relation avec Nana datant d’un an en arrière, on peut en conclure que Yano a couché à l’âge de 14 ans (si cela était sa première relation sexuel, sinon cela représente donc qu’il a fait bien avant, ce qui peut paraître choquant en France, mais pas au Japon où la majorité sexuelle est de 13 ans).

 

Ne pas pleurer :

 

Et voilà… Pour avoir un aperçu de la série, es dernières phrases prononcées par les protagonistes dans la version française, qui représente assez fidèlement -toujours au passé- les évènements qui ont eu lieu au cours de ces 26 épisodes !

« – C’était nous… En effet.. Nous vivions là…
– J’en suis venue à l’aimer…
– Je t’ai aimé… 
– J’ai connu tellement de première fois… Et j’ai ressentie des sentiments innombrables…
– Nous avons appris ce qu’était la force et la faiblesse…
– C’est vrai… C’était… Oui… Oui, c’était… Vraiment nous… »

 

 

Facebook Comments

À propos Bastien-kun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *