Critique Série : To Love Trouble

 
Auteur : Kentaro YABUKI / Saki HASEMI

Genre : Comédie / Tranche de vie / Ecchi / Fantastique

Editeur : TOMKAM

Critique de la série complète

Rédacteur : Jamin

Note :  4,25 / 5    (Scénario : 4/5  ;  Dessin 4,5/5)

Fiche de la série : To Love Trouble

 

Pour commencer cette chronique, parlons directement de l’histoire de « To Love Trouble » :

Rito Yuki est un jeune homme naïf et extrêmement candide surtout en ce qui concerne le sexe opposé. Il est amoureux depuis son enfance d’une jeune fille du nom de Haruna Sairenji. Il décide de prendre son courage à deux mains et de lui déclarer sa flamme, cependant une jeune et jolie extra-terrestre débarque sur Terre au mauvais moment et devient la cible de la déclaration enflammée de Rito. Lala, princesse de la planète Déviluke, devient alors la fiancée de Rito et c’est ainsi que la vie paisible de ce dernier va se transformer en un énorme boxon où maladresse, amour et petite culotte vont s’entremêler.

Voila qui situe un peu le début de l’histoire et le départ de folles aventures pour ce cher Rito qui va en voir des vertes et des pas mures étant donné que Lala est la fille du Roi de l’Univers et que par conséquent, son fiancé sera à son tour Roi. De nombreux prétendant se présenteront pour essayer de séduire ou de contraindre la jeune princesse et ainsi accéder au trône !

Nous pouvons aussi noter que notre chère Lala est d’une ingéniosité sans borne et que ces inventions aussi farfelues que peu utiles, causeront bien des soucis supplémentaires à Rito.

Ajoutons à ces trois protagonistes de base, une sœur plus jeune et attentionnée Yuuki Mikan, une déléguée de classe stricte possédant un cœur tendre Kotegawa Yui, un extra-terrestre rivale de Lala, Ren ou encore les deux sœurs jumelles de Lala, Momo et Nana, sans oublier un assassin venu de l’espace aux capacités de transformation : Yami et j’en passe et des meilleurs. Les auteurs nous offrent un beau catalogue de personnages à prédominances féminins pour le plaisir des yeux.

Comme vous avez pu le deviner, ce manga vire rapidement au Harem mais l’histoire n’en reste pas moins intéressante et les personnages n’en sont pas moins attachants !

 

 

Pour ce qui est du scénario, les lecteurs pourront constater une progression au fils des tomes des sentiments des différents personnages. La gentillesse et l’innocence de Rito en fera fondre plus d’une. De plus, la fin de cette saison 1 n’apporte pas de réponse définitive à ces relations mais permet d’amener la saison 2 « To love Darkness ». Mais il est clair que le but de ce manga est de faire rire le lecteur. Rito est l’être le plus maladroit de l’Univers et possède le don de se mettre dans les situations les plus embarrassantes possibles (arracher les vêtements est sa spécialité mais il ne le fait pas exprès ^^). Ce qui d’ailleurs peut être un bémol étant donné la répétition importante de ce gag présent tout au long de la série.

En effet, on ne peut pas parler de To Love sans aborder la partie ecchi qui peut en rebuter plus d’un ! En ouvrant un tome, vous verrez petites culottes et autre seins nus s’intégrant dans un contexte d’humour et de gêne sans être malsain. Il est vrai que la quantité de dessin suggestif foisonne dans cette série. Mais on n’arrive à l’intégrer dans l’histoire et le prendre à la légère, cela n’apporte pas forcément un point négatif à la série.

 

 

Pour la partie dessin, on ne peut clairement pas reprocher à Kentaro Yabuki de ne pas s’appliquer. Il aime ce qu’il dessine et ça se ressent. Les dessins sont superbes et progressent encore au fils des tomes. Comme vous l’aurez compris, le dessin est soigné. L’auteur arrive à donner un côté mature dans les moments sérieux et d’amener le rire dans les moments comiques. Et bien sur, ne nous le cachons pas, les dessins de demoiselles en tenu légère n’ont pas de secret pour lui.

 

En conclusion : C’est un manga humoristique terminée en France en 18 tomes avec des côtés sérieux permettant de se vider la tête et de bien rigoler… De bons moments à passer.

 

 

Facebook Comments

À propos Bastien-kun

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *