Game Soundtracks CDJapan

[Chronique] Prunus Girl – L’amour n’a pas de sexe

prunus_girl_ban

Titre プラナス・ガール prunus girl prunus_girl_cover
Auteur Tomoki MATSUMOTO
Volumes 6 (terminé)
Éditeur Soleil Manga (France)
Square Enix (Japon)
Première parution 05/06/2013 (France)
22/04/2009 (Japon)
Prépublication Gangan Joker
Genre Comédie romantique
Synopsis de l’éditeur :

Tandis que Maki part consulter la publication des résultats d’examens d’entrée au lycée, il rencontre une magnifique jeune fille et tombe immédiatement sous le charme. Le destin les rassemble non seulement dans le même lycée, mais également dans la même classe. Pourtant, lors de la présentation individuelle à la classe, cette dernière, prénommée Aikawa, se présente comme étant un garçon ! Le doute est toutefois permis, tant le jeune homme a la parfaite allure d’une délicate jeune fille. D’ailleurs, Maki ne semble pas convaincu du genre de son camarade qui ne cesse de jouer de cette ambiguïté. Fille ou garçon ? Garçon ou fille ? Quelle est la réalité ? Finalement, cela importe-t-il vraiment pour Maki ?

prunus_girl_extrait_02

Les amateurs de manga typés gender-bender connaissent très bien les otokonoko. Ces histoires mettant en scène ces garçons à l’apparence féminine, font fureur parmi les amateurs du genre, au point que des magazines leur soient destinés, comme le Waai! ou Oto☆Nyan. Des histoires plus ou moins innocentes y sont publiées, avec toute une jolie panoplie de jeunes garçons en jupette passant leur temps à déboussoler des mâles hétéros grâce à leur charme féminin, sans jamais mentir sur leurs attributs masculins.
Pourtant, Prunus Girl est publié dans le Gangan Joker, un des magazines shônen de Square Enix où nous pouvons retrouver des titres comme Red Eyes Sword – Akame ga Kill! ou Inu x Boku SS. Dépeindre une relation sentimentale entre deux hommes dans un magazine destiné à un public masculin hétéro n’est pas une première, on pourrait par exemple citer No Bra écrit en 2002 (anciennement publié via Taifu Comics) où un garçon se retrouvait tout chamboulé en partageant sa colocation avec un otokonoko. Mais si à l’époque cette jeune demoiselle n’était finalement que l’underdog, dans ce cas présent Aikawa est au cœur même de l’enjeu de la romance principale.

Prunus Girl n’est rien d’autre qu’une comédie romantique lycéenne comme il en existe des milliers sur le marché. Les premiers sentiments amoureux, les comprendre et les assumer sont un ressort classique de ces histoires. Cependant, l’intrigue du manga est basée non seulement sur l’évolution de la relation amoureuse, mais également sur la vérité autour de Aikawa, son sexe, son genre et ses attirances.prunus_girl_extrait_02
Ce dernier n’est pas naïf, il sait très bien que le flou autour de son sexe excite une bonne partie de sa classe, garçons et filles confondus. C’est pourquoi, coquin comme il est, il en profite pour taquiner régulièrement ses camarades en jouant avec cette ambiguïté. Maki en fait particulièrement les frais, et durant la lecture, il est très difficile de savoir s’il le provoque dans l’unique but de s’amuser, ou s’il a réellement des sentiments pour lui.

Durant tout le récit, Maki ainsi que ses camarades se demandent si Aikawa est réellement une fille ou un garçon. Comment peut-on être aussi mignonne sans posséder deux chromosomes X ? Il s’agit d’un des fils conducteurs de ce manga, traité de manière comique. De nombreux gags s’articulent autour de cette volonté de découvrir la vérité à son sujet, à travers différentes techniques plus ou moins réussies. À chaque fois le résultat est le même : le doute reste. Mais peu à peu, ces lycéens se lassent. Garçon ou fille, quelle importance ? Aikawa est Aikawa. On l’aime pour ce qu’il est, pas pour ce qu’il représente.
Un peu plus tard, nous découvrons une seconde histoire d’amour au sein de la classe, mais entre deux lycéennes : Shion et Kana. D’ailleurs, Shion assume totalement préférer les femmes (et tombe sous le charme d’Aikawa), et apparaît comme le seul personnage totalement homosexuel de l’œuvre. Les autres étant plus ouverts sur la question. Après autant d’interrogations autour de l’identité d’Aikawa, la naissance d’une romance entre deux filles apparaît tellement naturelle qu’on ne fait plus attention à la nature de cette relation.

prunus_girl_extrait_07C’est là où le manga devient réellement intéressant, car il est suffisamment équilibré pour montrer innocemment que l’amour est avant tout une histoire de sentiments plutôt que de sexe, sans aucun jugement de valeur. Évidemment, jamais l’auteure n’a eu la prétention de faire passer une revendication à travers cette œuvre, mais quelque part, elle transmet un beau message de tolérance pour un public pas forcément à l’aise avec ces thématiques. Plus fort même, elle va totalement assumer ses idées tout le long du récit.
En cette période trouble où des pays continuent à tuer les homosexuels, et où notre pays continue (sans nul doute) à produire de nombreux actes homophobes, il est parfois bon de rappeler que l’amour est un sentiment positif qui ne fait du mal à personne. En complément des actions militantes dans la rue, cette bataille de la diversité sexuelle se fait également via la diffusion de produits culturels sains dans la société. Au lieu de se cantonner à des marchés de niche, trouver des mangas grand public faisant une belle part à l’identité et à la pansexualité permettra à de nombreux jeunes exclus de l’idéologie hétérosexuelle/paternaliste de trouver des histoires positives leur permettant de marcher vers le futur en ayant confiance en eux. Et aux autres de pouvoir prendre du plaisir à suivre les aventures de personnages n’ayant pas exactement la même sexualité qu’eux, sans honte.
prunus_girl_extrait_01
Finalement, le message de l’œuvre est d’une simplicité enfantine : ne nous prenons pas la tête sur le genre et le sexe de l’être qui nous attire, aimons-le sans se poser de questions.

La lecture de Prunus Girl est très plaisante dans son ensemble, car son découpage est très simple, et les graphismes mignons et clairs. Sans jamais se perdre dans d’innombrables arcs qui s’étirent, l’histoire est principalement composées de petits chapitres simples ou doubles narrant de courtes péripéties rigolotes faisant tranquillement évoluer la camaraderie entre Maki et Aikawa en une belle amitié puis  en une jolie romance. Avec 6 volumes au compteur, difficile de s’en lasser ! Une belle galerie de personnages y est développée, et le lecteur s’y attachera fort volontiers.
Également, notons qu’Aikawa est vraiment très charmant, surtout physiquement ! Régulièrement, l’auteure s’amuse à l’habiller avec des costumes toujours rigolo et parfois sexy : maid, jupette ou en pom-pom girl, de quoi nous émoustiller à la lecture pour notre plus grand plaisir !

C’est pourquoi nous ne pouvons que vous recommander de craquer pour ce manga. Prunus Girl est une petite sucrerie sans prétention, qui a le mérite de parler d’amour avec charme, tolérance mais surtout énormément d’humour ! Et puis, le beau sourire d’Aikawa et sa bonne humeur communicative ne pourra que vous faire du bien !

prunus-girl-01 prunus-girl-02 prunus-girl-03
prunus-girl-04 prunus-girl-05 prunus-girl-06

Prunus Girl © 2009 Tomoki Matsumoto / SQUARE ENIX CO., LTD.

Facebook Comments

À propos Dareen

Amateur de mangas, animes, anisongs, et de whisky. Également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *