Game Soundtracks CDJapan

[Chronique] Le Chant des Souliers rouges T.1 – Changer la vie des gens

Titre Le Chant des Souliers rouges
鉄楽レトラ Tetsugaku Letra
chant-souliers-rouges-cover
Auteur Mizu SAHARA
Numéro du tome T.1
Éditeur Kaze Manga (France)
Shogakukan (Japon)
Première parution 03/05/2017 (France)
12/04/2011 (Japon)
Prépublication Gessan
Genre Tranche de vie, sport

Synopsis de la série (éditeur) :

Kimitaka rêve de devenir basketteur et Takara danseuse de flamenco. Malheureusement, l’un et l’autre manquent de talent pour exceller dans leur passion. Un jour, ils se retrouvent par hasard sur le toit du collège alors que Kimitaka est sur le point de jeter ses basket rouges et Takara ses souliers rouges de flamenco. Bien qu’ils ne se connaissent pas vraiment, la conversation s’engage. Chacun dévoile son envie de changer de vie et, comme pour symboliser cette volonté, ils échangent leurs souliers et décident d’embrasser la passion de l’autre. Une nouvelle vie s’offre désormais à eux…

Les éditions Kaze Manga sont amoureuses de Mizu SAHARA. C’est la troisième fois qu’ils éditent une de ses œuvres, preuve de leur attachement pour cette mangaka bourrée de talent. Aujourd’hui, ils nous font découvrir le shônen Tetsugaku Letra, renommé chez nous Le Chant des Souliers Rouges. Ce titre a été catalogué comme seinen en France, sans doute pour viser un public plus exigeant, et prouver par la même occasion que cette œuvre est suffisamment profonde pour qu’on la prenne suffisamment au sérieux.

L’adolescence est une période difficile de notre vie. En plus d’avoir les émotions à fleur de peau, il faut faire des choix déterminants pour notre futur, qui impacteront aussi bien notre classe sociale, notre identité, que nos valeurs. Kimitaka est à ce tournant-là, mais se trouve handicapé par un problème de taille : il n’a pas vraiment confiance en lui, il possède une mauvaise opinion de lui-même, et n’est pas soutenu par des amis puisqu’il n’en a tout simplement pas.

chant_soulier_rouges_extrait_4

« Changer la vie des autres, ce n’est pas à la portée du premier venu.
Qu’est-ce que les gens qui y arrivent ont de si spécial ? »

C’est par cette tirade que ce manga débute, évoquant par la même occasion un des thèmes du récit : l’émulation. Malgré les difficultés, la rencontre hasardeuse entre Kimitaka et Takara va changer leur vie. En s’échangeant leurs chaussures, geste pourtant anodin, chacun va avoir une nouvelle motivation pour réussir là où ils ont échoué, à travers une passion : Kimitaka le flamenco, et Takara le basket.
Même sans gagner, c’est en montrant à ses camarades qu’il souhaitait remporter un duel de basket que Kimitaka se fera des camarades. Les nombreuses rencontres que l’on fait au cours de notre vie forgent notre identité et notre égo.

Cette oeuvre évoque des difficultés que l’on a tous connus plus jeunes, ou que des jeunes connaîtrons à leur tour. Le talent de l’auteure se ressent dans une très belle retranscription des émotions humaines à travers un style graphique aéré et charmant, et une jolie mise en scène qui n’en fait pas trop dans les violons dramatiques. De la mélancolie, mais également une force de vivre et de réussir.

Ce premier volume s’articule surtout autour de Kimitaka, son parcours l’amenant à choisir le flamenco comme activité. Une introduction réussie, promettant une suite de qualité toute aussi émouvante. Egalement une très bonne porte d’entrée à ceux cherchant à découvrir le style inimitable de Mizu SAHARA.

bannierechroniquearticlecdsr

tetsugaku letra © 2011 mizu sahara / shogakukan
Facebook Comments

À propos Dareen

Amateur de mangas, animes, anisong, et de whisky. Chroniqueur MangAnime. Également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *