[Chronique] Les nuits d’Aksehir T.1 – Ouverture sur le Moyen-Orient

Titre Les nuits d’Aksehir
白い街の夜たち
shiroi machi no yorutachi
aksehir_tome_1_cover
Auteur Raku ICHIKAWA
Volumes 1 (en cours)
Éditeur Akata (France)
Enterbrain (Japon)
Première parution 13/04/2017 (France)
2013 (Japon)
Prépublication Comic Beam
Genre Multiculturalisme, tranche-de-vie

Synopsis de la série (éditeur) :

Ayako est une jeune étudiante à Tokyo, en école de mode. Pourtant, peu motivée, elle ne trouve pas l’inspiration pour créer des design satisfaisants et orignaux. Mais grâce à l’amulette qu’elle porte autour cou, une inattendue opportunité va s’ouvrir à elle : Hodja, immigré turc, va lui proposer de travailler en tant que serveur au sein d’Akşehir, son petit restaurant égaré au cœur de Shinjuku. Au fil de ses rencontres et de ses nuits de service, mais aussi au contact de Zakuro, fascinante danseuse orientale, Ayako va découvrir tout le charme de la culture turque… au-delà de tous clichés ! Et si cette nouvelle ouverture sur l’étranger lui montrait enfin la Voie à suivre ?

Les éditions Akata nous avaient prévenu en début d’année que leur catalogue allait évoluer en y incorporant des titres toujours plus engagés, afin d’amener les lecteurs à s’ouvrir sur des sujets peu abordés dans nos contrés. Cette fois, c’est la culture du Moyen-Orient dont il est question, à travers un récit mêlant inspiration, arts, et délices culinaires.

Nous suivons la jeune Ayako dans son quotidien, entre ses études dans une école de mode, et son petit boulot dans l’atypique restaurant Aksehir. Cet établissement est tenu par un turc, un vrai de vrai, perdu au sein de Shinjuku. Y travaille également Zakuro, une séduisante japonaise, elle-même déjà convertie à la culture Turque et à ses codes. C’est à leur contact qu’Ayako va trouver ses aspirations, développer un goût pour autrui qui lui sera bénéfique dans ses projets autant professionnels que personnels.

aksehir_extrait_01L’auteure, Raku Ichikawa, sait de quoi il en retourne. Elle connait la Turquie, elle l’adore, elle y vit même. Dans ce premier volume, nous y découvrons cette culture à travers différents aspects, dont le premier est le plaisir culinaire. Ayako, ainsi que les clients du restaurant, goûteront de succulents plats dépaysants, qui ne manqueront pas de vous allécher ! On dit souvent que la gastronomie, permettant de satisfaire un des besoins primaires de l’être l’humain, est l’un des moyens les plus faciles d’amener une personne à s’intéresser à une culture extérieure. Dans ce récit, c’est en travaillant dans ce restaurant qu’Ayako va progressivement s’ouvrir à d’autres coutumes et arts orientaux.
Dans un second temps sont évoqués la danse et la mode de ce pays, qui ne manqueront pas de vous transporter dans une atmosphère mystérieuse, pleine de sensualité. Le personnage de Zakuro est très réussi, parfaitement mis en avant par le trait précis et inspiré de la mangaka. Les scènes de danse sont sublimes, et permettent à elles seules de saisir à quel point l’auteur s’applique dans la parfaite description de ces arts orientaux.

Cette entrée en matière est passionnante et apaisante, permettant de préparer la suite du récit à un sujet un peu plus clivant. En effet, l’éditeur promet que les deux volumes suivants parleront de l’Islam, à travers la (possible) conversion d’un des deux protagonistes. Un thème hautement sensible, où l’islamisme politique est plus que jamais d’actualité dans notre société. Gageons que l’auteure, une japonaise vivant au sein d’un pays musulman, sera à même de parler de ce sujet avec calme et sérénité, sans tomber dans la caricature des travers idéologiques.

Briser les clichés, intéresser le lecteur à une culture encore trop méconnue, Les Nuits d’Aksehir nous transporte en Turquie avec une certaine aisance. Un petit hymne à la tolérance et à l’ouverture à autrui, dans un objectif d’enrichissement personnel, et de respect de son prochain. Avec seulement 3 tomes, ce premier volume à découvrir sans plus attendre, assure un message universel.

bannierechroniquearticleaksehir

shiroi machi no yorutachi © 2014 raku ichikawa / kadokawa
Facebook Comments

À propos Dareen

Dareen est un amateur de manga, anime, anison, et de whisky. Il est également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *