Les recommandations manga de Kazune [Semaine n°3 : du 16 au 22.01.2017]

Chaque semaine, notre chère mascotte Kazune vous recommande certains titres, globalement des manga, manhua ou manhwa, et vous les décrypte. Quoi de mieux que de nouveaux coups de cœur parmi ses récentes lectures, que nous vous laissons découvrir ici. Nous espérons qu’ils vous tenteront.

Laissez-vous guider et n’hésitez pas à partager avec nous vos avis sur ces titres, si vous avez également eu l’occasion de les lire.

 


Titre
Shikigami

カガミガミ

Numéro du tome
Tome 1
Editeur France : Panini Manga
Première publication FR : 11/01/2017
Auteur Toshiaki IWASHIRO
Type
Shônen
Genre Fantastique, Mystère

Synopsis de la série (éditeur) :

Enfant, Mako Miyoshi, pouvait voir le lien unissant les objets à leurs propriétaires, mais devenue adulte cet étrange pouvoir a disparu. En tentant d’arrêter le tristement célèbre tueur en série, l’Éventreur, elle rencontre Kyosuke Kagami et son acolyte, Haku. Le jeune garçon est un utilisateur de Shikigami et peut donc faire appel aux esprits pour posséder des objets. Mais certaines personnes sans scrupules utilisent les Shikigami pour de mauvaises raisons. Ensemble, ils vont essayer de les empêcher de nuire.

 

L’avis de Kazune :

Suite à un crime perpétré dans un parc de Tokyo, un jeune dresseur de Shikigami nommé Kyosuke est dépêché pour mener l’enquête. En effet, le méfait semble d’origine paranormale et relève donc de la juridiction de la guilde des dresseurs. Sur le terrain, il fait la rencontre de Mako, une jeune femme séduisante, détective privée dotée d’une bravoure inégalée mais n’ayant aucun client… Dans sa tendre enfance, elle possédait un pouvoir mystérieux lui permettant de retrouver le propriétaire d’un objet, mais cette capacité disparut par la suite. Malgré cela, sur les lieux du crime, ce pouvoir se réveillera à nouveau, ce qui pourrait s’avérer utile pour mettre la main sur le coupable…

shikigamichap1Shikigami est le nouveau titre de Toshiaki IWASHIRO, que nous connaissons en France pour Mieru Hito publié chez Panini Manga et l’excellent Psyren édité par les éditions Kana. Il s’agit une fois encore d’un shônen fantastique ! Avec sa part de noirceur via des crimes perpétrés par divers « apprentis » dresseurs de Shikigami, initiés par une personne ou groupuscule tapis dans l’ombre, le titre possède sa part de mystères. Dotée d’un humour omniprésent, la série parvient à maintenir le lecteur en haleine entre la tension qui règne, les différentes scènes d’action palpitantes et quelques petites histoires annexes sans prise de tête.

Les personnages sont quant à eux très intéressants et ne dérogent pas aux codes du shônen. Kyosuke renferme la puissance d’une illustre famille de dresseurs, et est animé par un grand rêve : celui de devenir le meilleur dresseur de Shikigami. Son jeune âge lui confère insouciance, maladresse et timidité, rapidement balayées lors de sa fusion avec son fidèle compagnon Hakutenmaru, un renard mystique et sacré le rendant imposant et plus mature. Celui-ci, justement, se trouve être une créature faisant preuve d’un orgueil non dissimulé, ce qui ne manquera pas de vous décrocher quelques fous rires, notamment lors de confrontations d’opinions avec la jeune Mako. Cette dernière, dotée d’un sens de la justice incroyable, n’a certainement pas conscience de la réalité et s’avère être assez laxiste lorsque son travail ne se trouve pas impacté par ses actes. Une chose est sûre, elle est obnubilée par la célébrité et elle a conservé son rêve d’enfance : devenir la détective la plus célèbre. D’autres personnages intrigants interviennent dans ce premier tome, comme notamment les Shikigami du criminel ou encore les autres membres de la guilde des dresseurs. Tous possèdent un trait de caractère propre, ce qui fait la diversité des personnalités et ne rend la lecture que plus appréciable.

Enfin, du côté du dessin et de la mise en page, peu de choses à dire, si ce n’est que l’on est véritablement sur un travail de qualité. Le dessin de l’auteur est toujours aussi agréable : des cases soigneusement remplies, des scènes d’action claires et un tracé précis.

En conclusion, nous sommes en présence d’un premier tome qui annonce un shônen typique du genre, mais qui vous fera passer un excellent moment avec un humour léger, une bonne dose de fantastique (et notamment des créatures de grande prestance), de mystères, ainsi qu’avec un dessin soigné.

 


Titre
Gon

ゴン

Numéro du tome
Tome 3
Editeur FR : Pika Edition
Première publication FR : 24/08/2016
Auteur Masashi TANAKA
Type
Shônen
Genre Humour, Aventure

Synopsis de la série (éditeur) :

Le retour du dinosaure croc mignon !
Gon est un petit T-rex qui a survécu à l’extinction des dinosaures. Pour lui, la terre est un vaste terrain de jeux… et de chasse ! Sa vie est faite de découvertes et d’aventures aux côtés des autres animaux sauvages. Sa force et sa résistance lui permettent de n’en faire qu’à sa tête, et de défendre ses amis dans le besoin. Rien ne lui fait peur, même pas les pires prédateurs. Ne vous fiez pas à sa taille !

 

L’avis de Kazune :

Dans ce troisième tome de Gon, série sans aucune bulle ni onomatopée, notre jeune T-Rex poursuit son périple et sa découverte du monde en s’amusant et en se régalant en permanence. Sous son air arrogant et terrifiant, il continue de prouver son grand cœur en aidant ceux qui l’entourent.

gonscan3Gon est un excellent titre pour les plus jeunes, en les invitant notamment à découvrir le monde animal et la nature. Dans le premier chapitre du tome, les aventures de l’adorable T-Rex proposent au lecteur de découvrir la chaîne alimentaire ainsi que la biodiversité des rivières et océans. De plus, ce chapitre permet une initiation amusante au cycle de l’eau. En effet, son parcours débute à la montagne, pour rejoindre la rivière jusqu’à l’océan, en passant par des phases de pluie. Le second chapitre, tout comme le quatrième, poursuit l’apprentissage de l’alimentation des animaux, de leur mode de vie et de leur progéniture, et met en avant le règne de la loi du plus fort. Le quatrième chapitre abordera notamment ces différents points avec beaucoup d’émotions, et frappera plus fort avec une cruauté plus marquée (décès de personnages). Ce chapitre montrera notamment l’évolution des louveteaux depuis leur quotidien avec leur mère, leur croissance en meute, jusqu’à leur séparation une fois adulte. Un chapitre qui marquera de fortes similarités avec l’homme. Le troisième chapitre aborde quant à lui les dangers de se procurer à l’aveuglette de la nourriture et notamment ici, des champignons dans la nature. Comme nous le montre la horde de bêtes sauvages affamées qui arpentent la forêt aux côtés de Gon, les champignons ont des effets parfois ravageurs et variés selon l’espèce qui les consomme.

Servie avec un dessin magnifique, cette série convient à tous âges pour son humour décalé et son héros attachant. C’est une véritable source de connaissance et d’apprentissage pour les plus jeunes qui découvriront de nombreuses notions de la vie et du monde animal. Et ce troisième tome n’a clairement pas dérogé à la règle.

 


Titre
Le mari de mon frère

怪盗ルヴァン

Numéro du tome
Tome 2
Editeur FR : Akata
Première publication FR : 10/11/20106
Auteur Gengoroh TAGAME
Type
Seinen
Genre Social, Tranche-de-vie

Synopsis de la série (éditeur) :

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

 

L’avis de Kazune :

Avec l’arrivée de sa mère, Kana est plus que ravie. Entourée de ses parents et de son oncle, elle est rayonnante et aimerait que cela reste ainsi. Mais ses parents sont divorcés, donc c’est impossible. Et son oncle homosexuel Mike est mal vu par le voisinage, créant parfois quelques nuages gris dans son quotidien. De son côté, Yaiichi, le père de Kana, change peu à peu et revoit ses convictions en trouvant ridicules les réactions des autres envers Mike.

Second tome de Le mari de mon frère, et une nouvelle fois, Gengoroh TAGAME frappe fort dans les préjugés ! Tout d’abord, il aborde à travers notre belle petite famille, le fait qu’il est souvent mal vu de côtoyer une personne n’ayant pas suivi les bonnes mœurs dictées par notre société. Laisser un enfant s’approcher d’un homosexuel serait néfaste pour lui ? L’auteur le fait bien remarquer à travers les réflexions de Yaiichi suite à une réaction du parent d’une amie de Kana : l’homosexualité n’est pas un crime, ni un mal et encore moins transmissible.marifreret2scan Il montre que cela peut blesser à la fois la personne visée par ces élucubrations homophobes mais également l’enfant, qui se trouve finalement être la personne la plus décomplexée face à cette notion et à la sexualité elle-même. L’auteur cherche à montrer qu’un homosexuel est une personne comme une autre, ressentant simplement de l’amour pour une personne différente de ce que veulent les coutumes. Il veut prouver que cette personne est capable d’aimer comme n’importe qui, d’être fidèle, de ressentir un attachement sincère ainsi qu’un déchirement, un manque profond de l’être aimé en cas de disparition. Et ce, comme n’importe qui.

Gengoroh TAGAME s’attaque également à un passage souvent difficile pour les personnes homosexuelles : la prise de conscience, l’acceptation pour en venir au « coming-out ». À travers l’expérience tourmentée du jeune voisin, collégien homosexuel, venu se confier à Mike, l’auteur montre la complexité qu’un homosexuel a, à en parler autour de lui, le fait qu’il soit bien souvent amené à se cacher, à mentir, à dissimuler ses sentiments, afin de correspondre à l’image des autres et pour lutter face à leur incompréhension. En effet, il exprime différentes expériences comme le renfermement sur soi-même si tant est que la personne n’a pas suffisamment la force de lutter contre les pensées des autres, la crainte du harcèlement ou d’être expulsé de chez soi.

Enfin, l’auteur s’est également intéressé à un autre point dans ce tome. Il amène le lecteur à s’interroger sur la notion de la famille. Une famille monoparentale avec pour seul figure adulte un père, est tout à fait envisageable comme il cherche à le prouver via Yaiichi qui élève seul sa fille, et ce convenablement. Mais il cherche également à montrer qu’un foyer composé de deux individus de même sexe n’entachera en rien le développement et l’épanouissement d’un enfant.

Ce second tome de Le Mari de mon frère bouleverse une fois encore les préjugés sur l’homosexualité et sur la famille. Avec ses personnages toujours plus attachants, on assiste très clairement à l’évolution de la mentalité de Yaiichi, qui semblait pourtant enfermé dans ses convictions et dominé par les bonnes mœurs de la société qui l’entoure.

 

 

Facebook Comments

À propos Neginator

Administrateur et Président de MangAnime - Association.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *