Game Soundtracks CDJapan

Les 5 coups de cœurs animés de Kazune [Automne 2016]

Cette saison, Kazune, la mascotte de MangAnime, nous dévoile cinq séries TV, actuellement diffusées sur des plateformes de VOD, qui lui ont plu et qu’elle souhaite vous faire découvrir.

coupcoeuranimeautomne

  • La guerre dans Gundam Iron-Blooded Orphans.
  • L’aventure avec Flip Flappers.
  • L’esprit d’équipe dans le sportif Haikyû.
  • La survie dans Magical Girl Raising Project.
  • Le quotidien étrange d’une petite bourgade dans JoJo’s Bizarre Adventure: Diamond Is Unbreakable.

Partagez-vous le même avis que Kazune ? Quelles séries regardez-vous cette saison ?

 


Titre Mobile Suit Gundam: Iron-Blooded Orphans – S2
機動戦士ガンダム 鉄血のオルフェンズ
gundam_iron_blooded_orphean_saison_2
Format TV – 25 épisodes de 23 minutes environ.
Diffusion
française
Daisuki, le dimanche à 12h.
Wakanim, le dimanche à 13h.
Crunchyroll, le dimanche à 10h, en J+7.
Première 02/10/2016
Studio Sunrise
Directeur Tatsuyuki Nagai
Site officiel http://g-tekketsu.com/

Peu après les événements narrés lors des 25 épisodes composant la première saison, nous retrouvons nos deux soldats Mikazuki et Orga avec l’organisation Tekkadan, aujourd’hui officialisée. Quant à Kudelia, elle continue de travailler pour l’émancipation de Mars. Mais cette victoire portée contre l’ancien système sera bientôt remise en question via le déclin de la faction Gjallarhorn entraînant une hausse de l’armement et donc des conflits à travers le monde.

Après une première saison qui a su réconcilier les fans de la franchise pour le real robot, nous retrouvons nos personnages favoris dans un monde qui semblent plus égalitaire qu’avant. S’ils goûtent à un repos bien mérité, les temps de paix sont éphémères dans l’univers Gundam, et les conflits pas bien loin.
Contrairement à la première saison qui mettait doucement en place le contexte géopolitique de cet univers, nous avons déjà toutes les cartes en main pour saisir les subtilités du scénario, ainsi que les rivalités existantes entre les factions. Très rapidement, les premières rixes font leur apparition, au point d’obtenir au troisième épisode l’une des plus passionnantes batailles de robots de la série. Peu de temps mort donc, le dynamisme est de mise dans cette deuxième saison qui semble avoir beaucoup plus d’ambition que la précédente. Ambition aussi bien dans les séquences de combats que dans le traitement de la folie de la guerre, où la violence omniprésente n’est jamais cachée. Il n’est pas rare de découvrir explicitement le calvaire de tous ces orphelins prêts à tout, même à mourir, pour tenter de se faire une place dans ce monde.

Un très bon début de saison donc, pour une série Gundam qui a les capacités pour plaire aussi bien aux fans de la franchise, qu’aux néophytes peu attirés par les robots.

 


flip_flappers Titre Flip Flappers
フリップフラッパーズ
Format TV – 13 épisodes de 23 minutes environ.
Diffusion
française
J-ONE, le mercredi à 22h (J+7)
ADN, le mercredi à 20h (J+20).
Première 06/10/2016
Studio Studio 3Hz
Directeur Kiyotaka Oshiyama
Site officiel http://flipflappers.com/

Kokona, une jeune fille simple et timide, va faire la rencontre de l’étrange et excentrique Papika. Ensemble, elles chercheront des cristaux dans un autre monde nommé Pure Illusion. Pour mener à bien cette quête, elles auront le pouvoir de se transformer en Magical Girl.

L’émerveillement fait son grand retour cette saison à travers cette série d’aventure dynamique et fantastique. Derrière une histoire assez peu originale, se cache une petite pépite d’animation. A la réalisation se trouve Kiyotaka Oshiyama, principalement connu pour être un animateur de talent ayant travaillé sur de nombreuses séries prestigieuses telles que Dennô Coil, Space Dandy ou même le film Evangelion 2.0. Cet héritage se remarque à l’écran à travers un déluge de sakuga et de couleurs chatoyantes. Si c’est très plaisant à regarder, c’est aussi divertissant grâce à sa multitude d’univers dans lesquels les deux jeunes filles seront propulsés. Impossible de s’ennuyer, même s’il est parfois frustrant que les informations soient distillés au compte-goutte.

Flip Flappers est une série rafraîchissante rappelant que l’animation japonaise est aussi de la spontanéité avec une bonne dose de rêverie.

 


Titre Haikyû!! Karasuno Kōkō VS Shiratorizawa Gakuen Kōkō
ハイキュー!! 烏野高校 VS 白鳥沢学園高校
haikyuu_saison_3_cover
Format TV – 10 épisodes de 23 minutes environ.
Diffusion française Wakanim, le vendredi à 20h25.
Première 07/10/2016
Studio Production I.G
Directeur Susumu Mitsunaka
Site officiel http://www.j-haikyu.com/anime/

Troisième saison pour Haikyû, se concentrant uniquement sur la finale du tournoi régional lycéen, opposant Karasuno aux champions en titre : Shiratorizawa. Nos jeunes corbeaux devront trouver le moyen de battre cette équipe où sévit le joueur le plus puissant qu’ils n’ont jamais affronté : Ushitori Wakatoshi.

Après une dantesque demi-finale contre Aoba Jôsai, concluant une passionnante saison 2, les attentes des spectateurs sont au plus haut. Heureusement, ce nouveau match démarre sur les chapeaux de roue. On y retrouve tout ce qui fait le succès de la série : une équipe soudée, des stratégies qui se mettent doucement en place, la rage de vaincre, et l’évolution constante des joueurs tout le long du match. Cette fois, la difficulté est tout autre : comment vaincre le joueur Wakatoshi, bien plus puissant et expérimenté que toute l’équipe de Karasuno ?
Il est intéressant de voir que même si la recette ne change pas, Haikyû continue de passionner et de faire vibrer les spectateurs. On le doit notamment à cette incroyable écriture des personnages, intelligemment mis en scène dans les épisodes, ainsi que cet esprit d’équipe qui n’a rarement été aussi développé dans une série sportive. Même si les joueurs ont des capacités qui leur sont propres, ils forment un tout sur le terrain, ne se limitant pas uniquement au rôle qu’on leur prédestine.
Le rythme du match est incroyablement soutenu et tendu, à travers des actions inattendues et le développement personnel des joueurs du côté des deux équipes. La réutilisation de certaines animations à chaque épisode permet d’avoir un dynamisme à l’écran, ne laissant pas de doutes quant au fait que le volley n’est pas un sport inanimé.

Les spectateurs ayant déjà vu les deux premières saisons ne seront pas surpris par celle-ci. Toujours aussi bon, Haikyû est une valeur sûre du shônen sportif de ces dernières années.

 


magical_girl_raising_project Titre Magical Girl Raising Project
魔法少女育成計画
Format TV – 12 épisodes de 23 minutes environ.
Diffusion française Crunchyroll, le samedi à 18h15.
Première 01/10/2016
Studio Lerche
Directeur Hiroyuki Hashimoto
Site officiel http://mahoiku.jp/

Il existe un jeu-vidéo qui cartonne à travers les réseaux sociaux, permettant à une personne sur 10.000 de devenir une vrai Magical Girl capable d’utiliser ses pouvoirs dans notre monde. C’est ce qui arrive à la douce et pure Koyuki Himekawa, réalisant ainsi son rêve et aidant les gens dans le besoin. Au total, 16 magiciennes se partagent un territoire. Cependant, l’administrateur du jeu décide de réduire le nombre de magiciennes de moitié, les mettant en compétition pour les éliminer du jeu. Élimination étant synonyme de mort…

Et oui, encore un Magical Girl qui cette fois surfe sur le thème du drame et de la mort, à la manière d’un Madoka Magica ou Yuki Yuna wa Yusha de Aru. Le schéma fait penser à Battle Royal où nous découvrons les personnages au fur et à mesure qu’avance le récit, et que le nombre de personne se réduit. Cependant, il est parfois difficile de s’attacher à eux, tant pour leur nombre que leur personnalité, très stéréotypée. Loin de se limiter à raconter l’histoire du point de vue du personnage principal, chaque protagoniste à une vie derrière la carapace de la magicienne. Évitant le jeu pervers de l’unique survivant où l’égoïsme fait figure de qualité, de vrais alliances se mettent en place afin que les personnages puissent survivre, malgré leurs faiblesses. Les stratégies se créent, évoluent, se brisent, tout le dynamisme de l’histoire tournant autour des interactions entre les magiciennes.

Si l’introduction de Magical Girl Raising Project n’est pas exempt de tout défaut, la suite de l’histoire devient de plus en plus intrigante et passionnante, espérant un dénouement bien plus émouvant que ne le laissent penser les premiers épisodes.

 


Titre JoJo’s Bizarre Adventure: Diamond Is Unbreakable
ジョジョの奇妙な冒険 ダイヤモンドは砕けない
jojo_diamond_kira_cover
Format TV – 39 épisodes de 23 minutes environ.
Diffusion française ADN, le vendredi à 18h30.
Crunchyroll, le vendredi à 18h30.
Première 01/04/2016
Studio David Production
Directeur Naokatsu Tsuda
Site officiel http://jojo-animation.com/

Nous arrivons enfin à la dernière partie de Diamond is Unbreakable. Après avoir suivi le quotidien plus ou moins étrange des habitants de la ville de Morio, les choses sérieuses débutent enfin : Kira, un antagoniste aussi puissant que rusé, entre enfin dans le collimateur de Josuke et tous ses camarades.

Loin d’être aussi charismatique que fut Dio dans Phantom Blood et Stardust Crusaders, Kira marque par son développement dans le récit. Introduit de manière subtile, il apparaît en premier lieu comme un tueur en série très calme et réfléchit, dont la vie est rythmée par un fétichisme malsain des mains, notamment de ses victimes. Oubliez le tueur sanguinaire régissant de ses bas instincts que l’on rencontre habituellement dans les récits, son but est de vivre tranquillement en marge de la société afin de profiter de sa passion comme il l’entend. On se retrouve parfois à ressentir de l’empathie pour lui, en espérant que personne ne dérange son quotidien fait de mains et d’ongles coupées.
Sans tourner toujours autour de ce personnage, les protagonistes continuent d’affronter des ennemis ou rencontrer des alliés aux Stands des plus divers, qui ne manqueront pas de nous faire sourire ou souffrir devant notre écran.

De plus en plus décalé et haletant, Diamond is Unbreakable tient toujours ses promesses.
Un Jojo de très bon cru !

 

Facebook Comments

À propos Dareen

Amateur de mangas, animes, anisongs, et de whisky. Également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *