[Chronique] Soul Keeper T.1 à T.3 – Politique et mystères

Auteur Tsutomu TAKAHASHI (dessins & scénario) soul-keeper-1-panini
Titre original ヒトヒトリフタリ hito hitori futari
Éditeur Panini (France)
Shūeisha (Japon)
Prépublication Weekly Young Jump
Première parution 16/03/2016 (France)
02/11/2011 (Japon)
Genre Thriller, politique, fantastique

Synopsis de l’éditeur :
Riyon est le fantôme d’une jeune fille un peu rebelle qui vit dans l’au-delà. Têtue et indépendante, elle passe ses journées à jouer à othello au lieu de suivre le cursus de bonification de l’âme que tout mort est censé compléter avant sa réincarnation. Afin de la remettre dans le droit chemin, le précepteur en chef du Cercle des fantômes décide de l’envoyer sur Terre où elle effectuera un apprentissage en devenant l’esprit protecteur d’une personne de son choix. Sans s’en rendre compte, Riyon jette son dévolu sur le Premier Ministre du Japon, Soichiro Kasuga -un homme grièvement malade, à qui il reste à peine plus de cinq cents jours à vivre.

Alors que Sidooh reste bloqué à son 14ème volume dans nos contrées, Panini a annoncé la sortie de Soul Keeper (hito hitori futari), le nouveau titre de Tsutomu TAKAHASHI, terminé après 2 ans de publication dans le Weekly Young Jump entre 2011 et 2013.

soul_keeper_2_0002L’éditeur ne cache pas vouloir relancer les faibles ventes de Sidooh via ce nouveau titre. On peut avoir de sérieux doutes quant au succès de cette opération, sachant que très peu de publicité a été mise en place pour faire découvrir ce manga au plus grand nombre, et que la réputation de Panini auprès du public reste au plus bas. De plus, un petit nombre de lecteurs firent un mini bad-buzz en constatant que les couvertures françaises sont différentes des originales, plus sobres et moins agréables à l’œil. Malheureusement, les japonais semblent vouloir garder exclusives les couvertures dans leur pays, ce qui amena Panini à devoir remplacer le magnifique background par un noir sombre et peu aguicheur.

Mais est-ce une raison pour bouder ce titre ?

Soul Keeper débute directement son histoire dans le fantastique. Nous y suivons Riyon, une jeune fille décédée qui vit dans l’au-delà. Elle va devoir surveiller contre son gré un homme sur Terre, dont il ne reste plus longtemps à vivre, ce qui l’arrange vu qu’elle souhaite finir au plus vite sa mission afin de retrouver la désinvolture de son quotidien au ciel. Malheureusement pour Riyon, l’homme qu’elle va devoir protéger est la personne la plus importante du Japon : le Premier Ministre en personne, Soichiro Kasuga. Consciente qu’elle est responsable non plus d’un seul homme mais indirectement du peuple d’une nation toute entière, elle commence à prendre sa tâche plus à cœur, à mettre tout en œuvre pour sauver cet homme et ainsi lui permettre de réaliser ses ambitions politiques avant son inéluctable décès.

soul_keeperSi le synopsis de base est assez simple, l’intérêt du titre ne se limite pas à ces éléments-là. Le Premier Ministre évoluant dans un univers politique sans pitié, de nombreux complots et coups de théâtre agrémentent l’intrigue, dynamisant la lecture pour nous offrir suspense à chaque fin de chapitre. Riyon n’est évidemment pas le seul personnage possédant des pouvoirs dans ce bas monde. Des antagonistes aux étranges capacités seront là pour mettre des bâtons dans les roues du Premier Ministre afin de contrecarrer ses ambitieux projets pour le pays. Il ne s’agit donc pas d’un manga politique mais bien d’un thriller où les éléments fantastiques se mêlent au réalisme du quotidien de ces bureaucrates et où le mental des personnages leur permettront de se défendre de leurs ennemis mais également de vaincre leurs démons.

Soul Keeper est également la simple histoire d’une rencontre entre une jeune fille rebelle, pleine de ressources, et un homme puissant mais immensément seul, au bout du rouleau après tant de pression dû aux responsabilités de son poste. Au contact de l’autre, leur émulation mutuelle va permettre de faire avancer aussi bien le récit que le destin de ces deux personnages.

soul_keeper_2_0003Tsutomu TAKAHASHI a su poser correctement les bases de son intrigue. Malgré de nombreux personnages et une histoire plus complexe qu’elle ne peut le laisser croire au premier abord, le lecteur n’est pas perdu lors de sa lecture. L’ensemble des éléments fantastiques ainsi que le contexte politique du gouvernement, sont suffisamment bien introduits. Le premier volume est principalement dédié à la mise en place de cette histoire. La lecture est fluide dans l’ensemble. Chaque volume étant très prenant.

Ajoutons également qu’il est toujours aussi agréable de parcourir les pages dessinées par l’auteur avec son trait reconnaissable entre mille. Les personnages qu’il met sur papier sont très expressifs, jouant beaucoup avec le regard qui en dit plus qu’un long discours. Les décors ne sont pas négligés, bien au contraire. Tsutomu TAKAHASHI est toujours aussi généreux en matière de background réalistes, permettant d’asseoir aisément le lecteur dans l’univers citadin du récit.

Concernant le format proposé par l’éditeur, on peut noter un vernis sélectif sur la couverture mettant en avant Riyon, ce qui confère un certain charme à l’ensemble plutôt terne.

Aujourd’hui, seuls 3 volumes sont sortis, le 4ème devrait voir le jour en novembre et le 5ème en février. Avec 8 volumes au compteur, il est très probable que Panini arrive au bout de la publication. Une bonne raison pour vous jeter dessus si vous aimez les seinen plus verbeux qu’actifs, dans un univers oscillant entre le réalisme et le fantastique.

hito hitori futari © Tsutomu Takahashi 2011 / SHUEISHA Inc.

Facebook Comments

À propos Dareen

Amateur de mangas, animes, anisongs, et de whisky. Également administrateur de Digiduo, l'Information Digimon Francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *